Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'État contrôle l'argent liquide pour lutter contre le terrorisme

Le Figaro18/03/2015 à 09:23

Michel Sapin veut notamment limiter à 1000 euros le montant des sommes réglé en liquide par les consommateurs français. Le plafond était jusqu'à présent de 3000 euros.

La lutte contre le terrorisme est la priorité de l'État. Après l'instauration de nouvelles règles sur la toile, c'est désormais les achats des Français qui seront mieux contrôlés au nom de la lutte contre le financement du terrorisme. En particulier, les paiements en liquide seront davantage encadrés, confie le ministre des Finances Michel Sapin au Parisien.

? Les paiements en liquide limités à 1000 euros

Bientôt les consommateurs français devront limiter à 1000 euros, le règlement de leurs achats en liquide, indique Michel Sapin. Or, jusqu'à présent les règlements des biens en espèces étaient limités à 3000 euros. Le paiement en liquide permet, en effet, de recycler de l'argent aux origines douteuses. Pour les non-résidents, autrement dit les touristes étrangers, le maximum est lui aussi revu à la baisse, de 15.000 à 10.000 euros.

Ce n'est pas la première fois qu'un gouvernement tente de limiter le montant des achats réglé en liquide, la dernière tentative date de 2013, promise par l'ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault. Mais cette fois, Michel Sapin est déterminé à faire appliquer la mesure «dès le 1er septembre 2015».

? Les retraits importants sous surveillance

Les gros retraits seront systématiquement surveillés, précise le journal. «Les banques doivent signaler tout mouvement de fonds ou comportement qui leur paraît suspect à Tracfin, le service du ministère de l'Économie chargé de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Mais il n'existait jusqu'à maintenant aucun seuil de déclaration automatique, rappelle le quotidien.

A partir du 1er janvier 2016, «elles devront systématiquement signaler à Tracfin tout dépôt ou retrait d'espèce supérieure à 10.000 euros par mois», annonce le ministre. Il ajoute qu'il «laisse le temps aux organismes bancaires de mettre à jour leurs systèmes informatiques», signale Michel Sapin.

? Les échanges de devises

Une pièce d'identité devra être présentée dans les bureaux de change dès lors qu'une personne veut échanger plus de 1000 euros de devises, poursuit le journal. Le ministre reconnaît que ce seuil est très bas et très contraignant mais que la moyenne des transactions se situe en dessous de 800 euros.

? Déclaration des marchandises qui transitent

Autre mesure, «l'obligation de déclarer les capitaux transitant par le fret». Aujourd'hui, les biens dont la valeur dépasse 10.000 euros doivent être déclarés aux douanes lorsqu'ils entrent sur le sol français. Mais ceux qui transitaient par voie postale ne faisaient pas l'objet de déclarations préalables.

A partir du 1er janvier 2016, «ces transferts physiques de capitaux par fret et fret express devront obligatoirement être déclarés préalablement à la douane», précise le ministre.

? Des comptes et crédits mieux surveillés

Le ministre indique au quotidien que les 80.000 comptes du type Nickel, que l'on peut ouvrir dans les bureaux de tabac avec une simple pièce d'identité, seront référencés au fichier Ficoba, auquel sont soumis tous les autres comptes bancaires.

Parallèlement, les institutions financières devront faire preuve de plus de vigilance et notamment dans l'attribution des crédits à la consommation. De fait, peu de temps après les attentats du mois de janvier, la Voix du Nord avait révélé que Amedy Coulibaly avait contracté un prêt à la consommation de 6000 euros chez Cofidis pour financer ses attentats. L'auteur de la tuerie de l'épicerie casher de la Porte de Vincennes avait fourni des informations erronées qui n'avaient pas été vérifiées. Cette technique bien connue des djihadistes pourrait ainsi être mise à mal par les nouvelles mesures d'État.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.