Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'assurance-vie reste-t-elle un bon placement ?

Le Figaro19/07/2012 à 09:54
La crise financière peut avoir une incidence sur l'épargne investie en assurance-vie. Fonds euro, unité de comptes, comment sont-ils affectés ? Eléments de réponse.Les conséquences sur le fond euro

La solvabilité des compagnies d'assurance françaises n'est plus une question d'actualité. Les récentes secousses financières ont démontré qu'elles étaient capables d'encaisser de fortes crises. Bien entendu, le risque zéro n'existant pas, la possibilité de faillites existe, mais cette perspective reste très lointaine. En tout état de cause, les assurances-vies françaises garantissent les encours jusqu'à hauteur de 70.000€ par assuré (art. R423-7 du Code des Assurances).

L'impact sur le fonds euro est quant à lui relativement limité, notamment en raison de la gestion financière et prudentielle des compagnies d'assurance-vie. En effet, celles-ci mettent de côté les performances enregistrées les années fastes afin de compenser les années moins bonnes. Il en résulte un lissage des performances. Les taux 2012 ne devraient donc pas connaître de chute particulière de ce fait.

Les conséquences sur les unités de compte

Bien que moins volatiles que les titres détenus en direct ou les indices, les unités de compte ont bien sûr subi le contrecoup de la crise. Celles qui contiennent des actions ont donc vu leur valeur baisser, bien que certains gestionnaires aient pu tirer leur épingle du jeu à cette occasion.

Toutefois, la diversification des titres détenus par les OPCVM permet de diminuer le risque global de leur portefeuille.

De plus, les options de gestion disponibles à travers les meilleurs contrats d'assurance-vie permettent d'éviter des pertes trop importantes, en mettant le capital à l'abri.

Rappelons enfin qu'historiquement, les supports actions restent les plus rentables parmi tous les investissement à condition de les conserver plusieurs années, et ce même si ces années incluent des périodes de crise.

Un impact indirect: l'augmentation de la fiscalité

La crise financière a un impact non seulement sur l'épargne, mais sur les finances générales des pays. La France n'échappe pas à cette règle, notamment parce que la dégradation de sa note va augmenter le coût de sa dette: elle va en effet devoir emprunter plus cher. Rien d'étonnant donc à ce que cette crise entraine une augmentation des prélèvements obligatoires. Si côté impôt sur le revenu, l'assurance-vie échappe pour le moment à cette hausse, il n'en est pas de même de celle qui touche les prélèvements sociaux. Ceux-ci sont passés à 13,5% depuis le 1er octobre 2011.

Dans le paysage financier français, l'assurance-vie reste cependant l'un des placements les plus souples et les moins fiscalisés. Les périodes de crise financière sont d'ailleurs un moment propice à l'investissement puisqu'elles permettent de profiter de la remontée ultérieure des économies. Les unités de compte constituent par ailleurs une source de financement non négligeable pour les entreprises, grandes ou petites, dont elles ont d'autant plus besoin en ces périodes.

LIRE AUSSI:

» Limiter les risques de l'assurance-vie

» Miser sur l'immobilier dans son contrat d'assurance-vie

SERVICE:

» Découvrez les meilleures assurances-vie existantes et leurs atouts grâce à CPLUSSUR.com.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.