Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'assurance-vie redore son blason en octobre

Le Figaro22/11/2012 à 18:33
L'annonce d'un important durcissement de la fiscalité de l'épargne a redoré le blason de l'assurance-vie dont la fiscalité est pour l'instant préservée. » Rusée sur le livret A et le LDD

C'est une suprise. L'assurance-vie a retrouvé grâce aux yeux des épargnants en octobre. La collecte nette a atteint 1,7 milliard d'euros, d'après l'Association française de l'assurance (Afa). Un montant inégalé depuis juillet 2011! Car depuis dix-huit mois environ, le placement, dont les rendements baissent depuis quelques années (3% en moyenne en 2011), est boudé par les Français. La décollecte (retraits supérieurs aux versements) s'est élevée à 3,4 milliards d'euros entre janvier et fin octobre et à 11,7 milliards sur un an!

En octobre, les Français, plus fourmis que d'habitude, ont moins puisé dans leurs contrats d'assurance-vie (les retraits ont atteint 9,1 milliards en baisse de 15% sur un an) pour financer un achat immobilier.

Mais surtout, l'annonce fin septembre d'un important durcissement de la fiscalité de l'épargne, a redoré le blason de l'assurance-vie, dont le régime fiscal est pour l'heure préservé. «L'assujettissement des livrets bancaires, des dividendes et des intérêts des obligations au barème de l'impôt sur le revenu a rendu plus attractif l'épargne défiscalisée comme le Livret A, le LDD, mais aussi l'assurance-vie qui n'est fiscalisée qu'en cas de retraits», souligne Philippe Crevel, secrétaire général du Cercle des Epargnants. Le mois d'octobre, traditionnellement creu pour l'épargne (impôts, rentrée scorlaire), a été exceptionnellement faste cette année. Les Français ont ainsi placé plus de 21 milliards d'euros sur leurs Livret A et LDD dont les plafonds ont été relevés et 10,8 milliards (hausse de 24%) sur leurs contrats d'asssurance-vie. «Il y a eu une volonté des épargnants de diversifier leurs placements vers les Livrets et l'assurance-vie le mois dernier», explique-t-on à la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA). Des comportements qui témoignent de l'inquiétude des ménages en cette période de crise.

Les sommes collectées sur ces placements surs, proviennent des livrets bancaires, dont l'imposition va augmenter, des comptes titres dont certains ont été transférés sur des contrats d'assurance-vie et surtout des comptes courants. Car depuis 2008, les ménages inquiets pour leur épargne laissent dormir sur leurs comptes courants des sommes plus importantes que par le passé: les encours des dépôts à vue sont ainsi passés de 241 milliards en octobre 2008 à 288 milliards d'euros en septembre 2012, selon la Banque de France.

Ces tendances sont-elles durables? «Les Livrets A et LDD devraient continuer à collecter de façon soutenue car l'avenir économique est incertain. En revanche, la donne est plus complexe pour l'assurance-vie», estime Philippe Crevel. D'autant que la fiscalité des nouveaux contrats d'assurance-vie pourrait être revue l'année prochaine. Le gouvernement a confié, début octobre, aux députés PS Karine Berger et Dominique Lefebvre un rapport sur l'épargne financière, qui doit servir de point d'appui à une future réforme.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.