Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'assurance-vie devient moins rentable

Le Figaro11/01/2011 à 21:23
Le contrat de l'Afer, qui fut longtemps la référence sur le marché, n'a rapporté que 3,52% l'an dernier, contre 4,12% en 2009. Un recul plus fort que celui de la plupart des contrats. Peu d'assureurs serviront plus de 4%.

L'étonnement se lisait sur les visages, hier, lorsque Gérard Bekerman, le président de l'Afer, a annoncé le rendement du contrat de l'association d'épargnants pour 2010: 3,52%. Un taux nettement inférieur à celui d'autres contrats réputés sur le marché, et surtout en fort recul par rapport à l'année précédente. En 2009, le fonds en euros du contrat de l'Afer avait rapporté 4,12%. Presque tous les contrats d'assurance-vie affichent certes des rémunérations en repli, mais la baisse est en général plus limitée, entre 0,20% et 0,50%.

Car l'année a été difficile pour les assureurs, qui investissent largement en emprunts d'État français ou allemands. « Les taux d'intérêt sur ces titres ont atteint des niveaux très faibles l'an dernier: jusqu'à 2,30% pour les taux allemands à dix ans par exemple. Investir dans ces conditions fait mécaniquement baisser les rendements », rappelle Bernard Le Bras, PDG d'ACMN Vie. Et la Bourse n'a pas non plus comblé ceux qui diversifient leurs investissements en actions.

Une conjoncture difficile

Les contrats qui ont attiré les plus fortes souscriptions (comme l'Afer, avec un milliard d'euros de collecte nette) ont été les plus pénalisés par cette conjoncture difficile: leurs gestionnaires ont dû placer des montants importants sur les marchés financiers au pire moment.

D'où la tentation de diversifier les portefeuilles sur les emprunts d'États périphériques (Italie, Espagne, Portugal...). Le fonds en euros de l'Afer par exemple était en fin d'année investi à près de 10% sur ces titres. L'assureur Aviva, qui le gère, a aussi misé sur les obligations du secteur financier (36% du portefeuille). Mais surtout il conserve plus de 10% de liquidités en attente d'investissements cette année.

Les assureurs espèrent en effet une lente remontée des taux d'intérêt, qui permettrait de limiter à l'avenir la baisse des taux de leurs contrats. Beaucoup ont aussi préféré modérer les rendements servis pour 2010, pour mettre en réserve une partie des profits financiers réalisés. Ils les distribueront au cours des prochaines années, pour soutenir les rendements. «Nous avons utilisé les plus-values réalisées sur les actions pour doter nos réserves», explique Marcel Kahn, directeur général du groupe MACSF. Mais ce n'est pas la stratégie de l'Afer, qui distribue l'intégralité des produits financiers aux adhérents.

Entre 3% et 4%

Parmi les assureurs qui ont déjà publié leurs rendements, la MAAF est cette année l'un des plus généreux (4,11% sur son contrat vedette Winalto, contre 4,31% en 2009), comme la MACSF qui a servi 4,05% sur son contrat en euros RES ou la Matmut qui offre le même taux. La GMF, elle, est passée sous la barre des 4%, à 3,90% (4,15% en 2009). Chez Axa, le rendement s'affiche à 3,30%, mais un bonus est accordé aux assurés qui détiennent plus de 50.000 euros et/ou qui ont placé au moins 25% de leur épargne en sicav. Ainsi, le taux peut grimper jusqu'à 4%.

Dans les banques, la rémunération est souvent plus élevée pour les contrats haut de gamme, destinés aux épargnants aisés (3,70% par exemple au Crédit agricole, ou 3,65% chez LCL), et nettement moins attrayante pour les contrats diffusés auprès du grand public (3,30% à la banque verte et chez LCL, 3,10% au Crédit mutuel Nord Europe). Ainsi, les contrats les moins performants flirtent désormais avec les 3%, et certains tombent même en deçà: 2,85% par exemple pour le Livret Vie de la Macif.

LIRE AUSSI :

» Cinq clés pour bien choisir son assurance-vie

» Nouvelle baisse des taux de l'assurance-vie

» Les Français pour les placements sûrs

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.