Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'assurance habitation en 10 points clés

Boursorama avec Pratique.fr10/09/2015 à 15:33

La plupart des assurés la nomment simplement « assurance maison », mais son véritable nom est « assurance multirisque habitation ». Voici 10 éléments à connaître sur ce type de contrats.

multi risques habitation

Qu'est-ce que l'assurance multirisque habitation ou assurance MRH ?

Ce genre d'assurances est la plus populaire pour les risques liés à l'habitat. Comme son nom l'indique, elle prévient les dégâts les plus courants :

  • vols ;
  • dégâts des eaux ;
  • incendies ;
  • dommages à caractère électrique.
Cette liste est loin d'être complète, mais les assureurs proposent en général, pour la plupart d'entre eux, les mêmes services : il y a peu de différences d'un concurrent à l'autre dans les formules proposées.

Est-ce obligatoire ?

L'assurance habitation est obligatoire dans la grande majorité des cas. Toutefois, il existe soit des exceptions, soit des situations où ce n'est pas à vous de vous assurer. Par exemple, si vous êtes locataire, la loi vous oblige à assurer le bien loué. Mais vous n'y êtes pas tenu s'il s'agit d'un logement de fonction, d'une location meublée et/ou saisonnière.

Quelles sont les possibilités d'extension de garantie ?

Contrairement à la formule obligatoire, les extensions de garantie disponibles chez les assureurs varient d'une agence à l'autre, bien qu'il y ait des incontournables.

Certains assureurs disposent d'options auxquelles on ne pense pas de prime abord : les dommages à votre piscine ou à vos canalisations, par exemple.

Qu'est-ce que la responsabilité civile incluse dans mon contrat ?

Elle est le plus souvent intégrée aux contrats d'assurance habitation. Cette couverture garantit contre les dommages que vous infligeriez à autrui. Par exemple, si vous êtes propriétaire et que votre locataire est blessé à cause d'un vice de construction, la garantie responsabilité civile interviendra.

Conservez tous vos justificatifs d'achat

Si un malheur arrive, il ne suffira pas de réclamer un remboursement pour voir arriver le dédommagement. Vous devrez prouver que les objets endommagés sont bien les vôtres. En conséquence, conservez précieusement vos justificatifs d'achat (les factures sont idéales), de préférence dans un lieu sûr. Par exemple, si vous craignez les dégâts des eaux, il est préférable de les entreposer à l'étage.

Attention aux cas d'exclusions

Comme tous les contrats d'assurance, la multirisque habitation comprend des clauses d'exclusion, qui peuvent amener votre agence à refuser de vous rembourser. Celles-ci sont définies dans les conditions générales de votre contrat.

De la même façon, une indemnité peut être minorée par une situation particulière. Ainsi, un dégât des eaux survenu dans une zone inondable risque fort de vous rapporter un dédommagement réduit.

Réagissez rapidement en cas de sinistre

N'attendez pas pour déclarer un sinistre. La plupart des dégâts doivent être déclarés dans un délai de 5 jours pour être correctement pris en charge. Vous disposez de 10 jours en cas de catastrophe naturelle.

A quelle hauteur serai-je remboursé ?

Une fois votre agence contactée, un expert viendra sur place pour constater les dégâts, et estimer au plus juste la valeur des biens que vous avez perdus. Ceci conditionne les dédommagements : ces derniers ne dépasseront jamais la valeur constatée de vos biens.

Un plancher pour les remboursements

En effet, sachez que si les assureurs vous réclameront une franchise en cas de sinistre, et s'ils ne vous rembourseront jamais plus de la valeur constatée de vos biens, ils sont également tenus de respecter une indemnité minimum. Votre contrat devrait vous indiquer le montant de ce plancher.

Que devient le contrat en cas de vente ?

Le propriétaire doit informer son assureur de la vente. Dans ce cas, l'acquéreur peut :

  • souscrire à une autre assurance de son choix ;
  • demander un transfert de l'assurance, ce qui simplifie la procédure.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.