Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'agroalimentaire fermement opposé à la taxe sur la bière

Le Figaro23/10/2012 à 13:15
Le Salon de l'alimentation (Sial) est marqué cette année par le climat électrique entre les professionnels et le gouvernement.

L'heure est à l'apaisement. Lundi, en remettant ensemble des prix récompensant l'innovation au Salon international de l'alimentation (Sial), Jean-René Buisson, président de l'Ania (Association nationale des industries alimentaires), et Guillaume Garot, ministre de l'Agroalimentaire, ont enterré la hache de guerre. On revient de loin. Vendredi dernier, Guillaume Garot avait qualifié le projet de doublement de la taxation sur la bière de «question de santé publique» sur LCI. Et sur la lutte contre l'obésité et l'amélioration des recettes: «Il y a encore du chemin à faire», avait-il déclaré.

De quoi mettre hors de lui Jean-René Buisson, qui avait alors décidé de boycotter l'inauguration du Salon, dimanche, aux côtés du ministre. Une première dans l'histoire du Sial. «Nous avons voulu montrer que nous ne pouvions pas être à la fois la vache à lait du système et l'objet de tous les dénigrements», explique Jean-René Buisson. Il aura fallu deux conversations franches ce week-end entre Jean-René Buisson et Guillaume Garot pour désamorcer la tension. Les deux hommes sont convenus de se voir toutes les trois semaines pour évoquer les chantiers du secteur. Et le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a assuré que l'Ania, qui a écrit début octobre à François Hollande, serait reçue avant Noël à l'Élysée.

Hausses de prix

L'annonce le mois dernier du doublement de la taxation sur la bière, moins d'un an après l'instauration de la taxe sodas, a créé un climat électrique, malgré l'exemption probable des petites brasseries. «On ne réglera pas les problèmes de la France par des taxes, fustige Christophe Bonno, président du pôle industriel des Mousquetaires (Intermarché). Après les sodas et la bière, taxera-t-on demain le gras? Pourquoi pas le sel, un jour?» Il est convaincu que les consommateurs trinqueront, les taxes entraînant des hausses de prix. «Il y a une diabolisation de l'industrie agroalimentaire qui est inacceptable, alors que nous avons en France des pratiques exemplaires en matière de reformulations de nos recettes», s'emporte un professionnel des boissons.

Dans les allées du Salon comme à Matignon, on parle aussi compétitivité. «Nous avons perdu des parts de marché, il est temps de réagir, confie Guillaume Garot au Figaro. Je veille à défendre le mieux possible nos entreprises et à leur donner des leviers pour qu'elles puissent gagner en compétitivité.» L'agroalimentaire sera l'une des «priorités» de la Banque publique d'investissement, assure Guillaume Garot.

LIRE AUSSI:

» L'agroalimentaire se mobilise contre la taxe sur la bière

» Taxe sur la bière: deux députés en appellent à Chirac

» Taxe sur la bière: «les bistrots vont encore trinquer»

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.