Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

ISF: comment Macron compte taxer la «rente immobilière»

Le Figaro01/02/2017 à 18:31

FOCUS - En voulant faire de l’ISF un impôt sur la «rente» immobilière, Emmanuel Macron souhaite ne plus taxer les placements financiers, l’épargne et autres valeurs mobilières. Mais que pèsent-ils au juste dans l’ISF ? Explications.

À l’instar des économistes de gauche, Emmanuel Macron semble avoir la dent dure contre les propriétaires. Tour à tour, Thomas Piketty, le Conseil d’analyse économique, l’OFCE ou encore France Stratégie ont réclamé, pour rétablir selon eux une forme d’équité fiscale, de surtaxer les propriétaires qui n’ont ni crédit ni loyer à payer. L’ancien ministre de l’Économie et des Finances, lui, veut taxer la rente immobilière.

» Lire aussi - Pourquoi certains veulent absolument taxer les propriétaires

«Rente», le mot est lâché! Celui-là même que son prédécesseur à Bercy, Arnaud Montebourg, avait prononcé, il y a un peu plus de deux ans, pour s’en prendre aux professions réglementées et qu’un certain... Emmanuel Macron avait rejeté. «Taxer les propriétaires de rentiers est profondément choquant, réagit Jean Perrin, président de l’Unpi, le syndicat qui représente les propriétaires et qui réclame la suppression pure et simple de l’ISF. Les propriétaires occupants n’ont rien demandé à personne pour le devenir. Quant aux bailleurs, la gestion locative est une activité et non pas une rente. Macron, qui était censé libérer l’économie, applique des vieilles idées sectaires pour tuer le marché immobilier».

L’immobilier, un des actifs les plus taxés

Qu’en est-il dans la réalité? Que pèse l’immobilier dans l’ISF? On a souvent l’habitude d’entendre que l’ISF est un impôt immobilier. Il semblerait que non. Aucune donnée officielle n’a été publiée sur le sujet. Les experts économiques proches de l’ancien ministre estiment que le capital immobilier représente quelque 40% des rentrées fiscales de l’ISF. On retrouve un chiffre quasi similaire dans le dernier rapport du Conseil des prélèvements obligatoires qui s’appuie sur des données de la Direction générale des finances publiques. De son côté, le capital mobilier (placements financiers, liquidités, biens meubles...) qu’Emmanuel Macron veut donc supprimer de l’assiette de l’ISF, pèserait environ 49%. Aujourd’hui, l’ISF rapporte un peu plus de 5 milliards d’euros à l’État. Tout particulier ou foyer fiscal est concerné par l’impôt sur la fortune si la valeur de son patrimoine excède 1,3 million d’euros. En moyenne, les 342.942 Français assujettis à l’impôt de solidarité sur la fortune s’acquittent d’un montant moyen de 15.233 euros.

Conscient que la question est hautement sensible pour l’opinion publique, l’entourage d’Emmanuel Macron a corrigé le tir, préférant au terme de «rente immobilière» celui d’«ISF immobilier». «Tous les propriétaires ne sont pas nécessairement rentiers», reconnaissent les experts d’En Marche! Surtout, il n’est pas question d’augmenter la fiscalité sur l’immobilier. Le barème et le taux resteraient les mêmes, l’abattement sur la résidence présidence principale serait maintenu mais l’assiette serait plus faible. Le manque à gagner pour l’État serait de deux milliards d’euros à court terme. Si la question de la fiscalité de l’immobilier est très sensible, c’est aussi et surtout que les Français aiment la pierre et que l’immobilier est déjà un des actifs les plus taxés.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.