Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Inondations : comment se faire indemniser

Le Figaro02/06/2016 à 15:38

Les dommages causés par les inondations sont couverts par les assurances multirisques habitation, à condition qu’elles soient reconnues comme catastrophe naturelle. En attendant qu’un arrêté soit signé, les victimes doivent contacter leur assureur.

Dans le Loiret, la Seine-et-Marne ou encore l’Essonne, de nombreuses maisons sont totalement inondées et des voitures noyées sous un ou deux mètres d’eau. Les victimes doivent d’ores et déjà contacter leur assureur, par téléphone, e-mail, ou encore en se connectant à l’application mobile ou au site internet de la compagnie. «Ile ne faut pas attendre qu’un arrêté de catastrophe naturelle soit pris pour contacter son assureur. Les victimes doivent agir immédiatement. Ce qui permettra d’ouvrir les dossiers, de commencer à les instruire et donc de gagner du temps», explique-t-on à la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA). Il est indispensable de conserver les preuves de la situation (vidéos, photos, témoignages de voisins).

Les assureurs sur le pont

Les assureurs ont déjà pris les devants. Allianz, par exemple, a mis en place un numéro gratuit 0.800.00.15.00. Celui-ci propose notamment de verser à ses assurés «des acomptes pour faire face aux situations urgentes et d’allonger le délai de déclaration jusqu’au 30 juin 2016». Les personnes assurées auprès de la Caisse d’Épargne peuvent, elles, contacter le 0.800.30.43.16. La banque a elle aussi mis en place prévu d’allonger le délai de déclaration du sinistre au 30 juin. «Des mesures de relogement dérogatoires sont également mises en place pour les sinistres les plus critiques», précise-t-on à la Caisse d’Épargne.

Comment est-on couvert

Les dommages causés par les inondations sont couverts par les contrats d’assurance multirisques habitation ou auto (ou multirisques entreprises pour les PME ou TPE), seulement si les intempéries sont reconnues par les pouvoirs publics comme catastrophe naturelle. Pour l’heure aucun arrêté interministériel de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle n’a été publié au Journal Officiel. Mais il devrait être signé dans les jours qui viennent ou lors du prochain Conseil des ministres, mercredi prochain.

À compter de cette publication, les assurés qui n’auront pas déjà déclaré le sinistre auront encore dix jours pour le faire. Attention, les dégâts sont indemnisés seulement si le contrat comporte une garantie dommages. Les voitures assurées au tiers (pour la responsabilité civile) n’ouvrent donc droit à aucun remboursement.

Les dégâts couverts

Les dommages causés par l’humidité ou la condensation, mais aussi les frais de pompage, de nettoyage et de désinfection des locaux sont garantis. Attention, toutefois, une franchise de 380 euros pour les habitations, les voitures (motos), reste à la charge des assurés.

Les personnes dont la maison est en cours de construction n’ont pas à se tourner vers leur assureur pour être indemnisées en cas de dégâts. Seul le constructeur ou l’entrepreneur étant responsable du chantier jusqu’à la remise des clés, c’est à lui de faire jouer son assurance. «Toutefois les personnes ayant souscrit une assurance multirisques habitation à la mise hors d’eau / hors d’air, peuvent s’adresser à leur compagnie», précise la FFSA.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.