Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Impôts : la suppression du papier économiserait 100 millions

Le Figaro22/06/2015 à 13:21

En 2014, 13 millions de contribuables ont opté pour la déclaration en ligne - soit à peine plus d'un tiers des foyers fiscaux - et les frais d'affranchissement de l'administration fiscale se sont élevés à 202 millions d'euros. Une source potentielle d'économie, alors que le gouvernement est en pleine préparation du Budget 2016.

C'était ce mardi 9 juin le dernier jour pour effectuer sa déclaration sur Internet. En 2014, 13 millions de contribuables ont opté pour ce mode de déclaration - soit à peine plus d'un tiers des foyers fiscaux - et seuls 4 millions ont choisi de recevoir leur avis d'imposition uniquement en ligne. Cet appétit pour le papier coûte cher. L'an dernier, les frais d'affranchissement de l'administration fiscale se sont élevés à 202 millions d'euros, ce qui constitue le deuxième poste de son budget après les loyers, relève un rapport établi par Bercy, et qui a été transmis ce mardi aux parlementaires. Il fait partie des deux premières «revues de dépenses», sur un total de 14, menées par le ministère, transmises au compte-gouttes aux députés, et censées faciliter la recherche d'économies pour le Budget 2016. Ils ont également reçu un rapport sur les frais de justice.

Les dépenses d'affranchissement réduites de moitié, à horizon de cinq à dix ans

Cette étude, rédigée notamment par la Direction générale des finances publiques (DGFIP), estime que la «maîtrise réelle» des dépenses d'affranchissements passe par la «suppression pure et simple du plus grand nombre possible de courriers au format papier», en ciblant principalement les déclarations et les avis. Alors que le gouvernement a évoqué la possibilité de rendre la déclaration en ligne obligatoire pour certains contribuables dès l'an prochain, l'arrêt de l'envoi des déclarations papier pourrait intervenir «avec un décalage d'un ou deux ans». La mise en place du 100 % digital serait aussi étalée pour l'envoi des avis d'imposition.

Le rapport, qui recommande donc une dématérialisation «progressive», y compris pour les impôts locaux, calcule que les dépenses d'affranchissement pourraient alors, à environnement constant, être réduites de moitié, à horizon de cinq à dix ans. Soit une économie de 100 millions d'euros. Reste toutefois à vaincre les réticences des contribuables. D'autant qu'à plus long terme, l'administration s'interroge même sur l'opportunité de «facturer le coût d'envoi» de leur déclaration de revenus ou d'avis aux contribuables qui en feraient la demande (à l'exception des plus modestes). Le prix pourrait, par exemple, être fixé à 2 euros par document. Une question jugée toutefois encore «prématurée» par la DGFIP. Et de toute façon, «les ministres ne sont pas favorables au paiement de l'avis d'imposition papier», assure Christian Eckert, le secrétaire d'Etat au Budget, pour qui le sujet «n'est pas à l'ordre du jour».

La deuxième revue des dépenses envoyée mardi aux députés concerne les frais de justice, dont le niveau élevé (460 millions d'euros en 2014) avait été épinglé l'an dernier par la Cour des comptes. Aucun montant précis d'économie n'est évoqué, mais le rapport propose notamment d'engager des travaux concernant les fournisseurs, sachant que 20 sur 11.000 représentaient 40% des frais de justice en 2014. Les analyses toxicologiques s'élèvent notamment à 50 millions d'euros.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.