Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Impôt : la fausse solution du prélèvement à la source

Le Figaro16/02/2012 à 16:30
Prélever l'impôt sur le revenu directement sur la fiche de paye n'apporterait que peu d'avantages aux contribuables français, et coûterait cher aux finances publiques selon le Conseil des prélèvements obligatoires.

Dans presque tous les pays développés, sauf en France, en Suisse et à Singapour, l'impôt sur le revenu (IR) est prélevé directement sur la fiche de paye des ménages, mois après mois. Ce système dit «de prélèvement à la source» a deux avantages: il simplifie la vie des contribuables; il permet à l'État de recouvrer de façon quasi certaine l'impôt dû, et ce façon régulière.

La France doit-elle enfin opter pour ce système, après plusieurs tentatives avortées? François Hollande y a songé, avant d'abandonner lui aussi le projet. La dernière étude sur le sujet du Conseil des prélèvements obligatoires (CPO), un organisme lié à la Cour des comptes, donne plutôt raison aux détracteurs de la retenue à la source. «Certains des arguments historiquement avancés en faveur du prélèvement à la source ont perdu de leur poids», a expliqué mercredi, lors de la présentation de l'étude, Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes.

En effet, 73% des contribuables français sont désormais mensualisés: ils payent leur IR mois après mois. Que le paiement soit mensualisé ou effectué par tiers provisionnel, dans 90% des cas, il se fait par voie électronique (prélèvement automatique, virements). La déclaration de revenus a elle aussi été améliorée, de nombreuses cases étant maintenant préremplies. Bref, pour le contribuable, le système français est relativement simple d'utilisation. Et la retenue à la source n'est pas non plus la panacée: le contribuable doit remplir une déclaration de revenus et procéder à une régularisation auprès du fisc l'année suivante.

Autre conséquence de la modernisation mise en place en France, le fisc recouvre déjà très bien l'IR, à 99%.

La retenue à la source aurait en fait un avantage pour les Français: ils payeraient un impôt fondé sur les revenus de l'année. Actuellement, les foyers qui voient leurs revenus baisser, pour cause de départ à la retraite, de chômage, de divorce, doivent payer un impôt élevé comparé à leurs ressources de l'année, cet impôt étant calculé sur les revenus, meilleurs, de l'année précédente. 30% des ménages sont dans ce cas chaque année.

Mais le CPO estime que ce problème peut être résolu sans passer par la retenue à la source. Il est déjà possible en France de moduler ses acomptes mensuels ou d'obtenir des délais de paiement, en cas de baisse des revenus. Il faudrait que le fisc communique mieux sur ces facilités, estime le CPO.

Des coûts pour l'entreprise

Le fisc pourrait aussi opter pour l'imposition des revenus courant de l'année: les acomptes versés au fisc seraient calculés sur les revenus estimés de l'année. Il y aurait régularisation l'année suivante, une fois les revenus définitivement connus. Ce système aurait un avantage par rapport au prélèvement à la source: l'entreprise ne serait pas impliquée dans le recouvrement de l'impôt.

En effet, en cas de prélèvement direct sur la fiche de paye, l'employeur est le collecteur de l'impôt. Il peut même être celui qui le calcule sur l'ensemble des revenus. Dans ce dernier cas, il sait si son salarié perçoit d'autres revenus, venus de l'épargne ou de l'immobilier, et il connaît le salaire de son conjoint. Outre le problème de confidentialité, cela peut avoir des conséquences sur la politique salariale - pourquoi augmenter quelqu'un dont le conjoint est très aisé? Cette conception maximale du rôle de l'entreprise est rare, elle ne concerne que le Canada. Il n'en reste pas moins vrai que la retenue à la source implique des coûts pour l'entreprise, de quatre à deux cent euros par an selon les pays.

De toutes façons, le basculement à l'imposition des revenus de l'année, qu'il se fasse via le fisc ou par la retenue à la source prélevée par l'entreprise, pose un problème, celui de l'année de transition. Impossible de demander au contribuable de payer cette année-là deux fois des impôts, sur les revenus de l'année et ceux de l'année précédente.

La solution la plus souvent envisagée est d'annuler l'impôt assis sur les revenus de l'année précédente. Une solution acceptable puisqu'en pratique, le fisc ne subirait pas de rupture dans la perception de l'IR. Mais qui a un coût: il faudrait continuer à accorder des avantages fiscaux (emploi à domicile, dons...) sur les revenus de l'année précédente. La facture serait de 5 à 10 milliards d'euros a calculé le CPO. Pas très opportun en cette période de crise budgétaire.

En ce qui concerne la retenue à la source, «la balance penche plus vers les inconvénients que vers les avantage», a conclu Didier Migaud.

LIRE AUSSI:

» L'impôt sur le revenu pèse de moins en moins lourd

» Fusion de la CSG et de l'impôt sur le revenu: les effets

SERVICE:

» Calculez votre impôt sur le revenu 2012 (avec Le Particulier)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.