1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Immobilier: une filière en croissance qui peine à créer plus d'emplois

Le Figaro16/02/2018 à 06:01

INFOGRAPHIES - Selon une enquête annuelle, la filière de l'immobilier et de la ville pesait 10,2% du PIB en 2016 et 2 millions d'emplois. Malgré une croissance de 3% entre 2015 et 2016, elle a perdu 20.000 emplois sur la même période.

Un poids lourd de l'économie française. Selon la 2e édition du Real Estate and Urban Employment Monitor réalisé par le cabinet EY, la Fondation Palladio et Business Immo, la filière de l'immobilier et de la ville ont généré 226 milliards d'euros de valeur ajoutée en 2016, soit 10,2% du PIB. Un montant supérieur à des secteurs phares tels que l'agro-alimentaire ou le tourisme. Il faut dire qu'après des années difficiles, toutes les branches de ce secteur ont connu une croissance soutenue: 3% en moyenne, entre 2015 et 2016, contre 1,1% pour l'économie française dans son ensemble au cours de la même période.

» LIRE AUSSI - Les Français rêvent de devenir beaux, riches et... agents immobiliers

La promotion immobilière et, le conseil et expertise ont été les deux principales locomotives de la filière avec des croissances respectives de 16,1% et de 15,2%. Des activités soutenues par une année 2016 exceptionnelle en matière de transactions immobilières, notamment pour les bureaux et la logistique. Des performances économiques exceptionnelles que l'on ne retrouve pas intégralement dans le volet «emploi» de cette étude. «L'emploi évolue de façon positive, mais pas dans les mêmes proportions», admet Marc Lhermitte, associé EY. Car si la quasi-totalité des secteurs ont créé des postes supplémentaires, le seul qui en a supprimé, la construction de bâtiments à proprement parler, est de très loin le plus gros employeur. Résultat: les 28.000 postes supprimés dans ce secteur ne suffisent pas à compenser les créations nettes ailleurs, si bien que le déficit global s'affiche toujours à 19.800 emplois.

Évolution technologique et automatisation

Comment en est-on arrivé là? «Il y a sans doute une explication macroéconomique, souligne Marc Lhermitte. Les grands groupes de la construction étaient peut-être en léger sur-emploi auparavant, d'où cette capacité à absorber le surplus de travail malgré un certain nombre de départs. Une autre hypothèse tiendrait à l'évolution technologique et à l'automatisation des process. Sans même parler de l'impression 3D qui en est à ses débuts, il semble que la profession rationalise ses métiers de l'ombre, ceux qui ne sont pas sur les chantiers: administration, comptabilité, ingénierie...»

Preuve d'un dynamisme retrouvé, la filière de l'immobilier envisage massivement de recruter dans les trois ans à venir. En moyenne, 77% des dirigeants tous secteurs confondus comptent embaucher avec des pointes à plus de 85% pour la promotion immobilière, l'ingénierie et les prestations techniques. Les dirigeants de l'architecture, de l'urbanisme et de l'aménagement ne sont, quant à eux, que 68% à envisager un recrutement mais c'est bien plus que lors de la précédente édition de cette étude.

Reste à concrétiser ces envies de recrutement, ce qui n'est pas toujours une partie de plaisir. Selon les dirigeants interrogés, les difficultés à recruter ont sensiblement augmenté. Ils étaient 68 % à constater ce genre de problèmes pour l'année 2017 contre 58% en 2016. Des difficultés qui tiendraient notamment au fait que les candidats perçoivent mal les capacités d'innovation de cette filière. «Il y a une concurrence avec d'autres secteurs qui apparaissent spontanément comme étant plus attractif, alors que l'immobilier a un déficit d'image et apparaît comme un métier «historique», explique Marc Lhermitte. Or, ce sont des métiers qui ont énormément évolué et où le turn-over est très faible.» Quant à la question des rémunérations, elle ne semble pas jouer un rôle central dans les difficultés de recrutement, même si elle n'a pas été évaluée spécifiquement.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • remimar3
    16 février11:20

    Une filière en croissance, je rêve ? Avec l'impression 3D des immeubles on va assister à des charrettes massives. La main d'oeuvre pas chère issu des pays européens à niveau de vie plus faible devra bientôt retourner dans ses foyers.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.