Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Immobilier : les ventes ne se sont pas effondrées pendant le reconfinement
information fournie par Boursorama avec Newsgene02/12/2020 à 16:51

Pendant le premier confinement, les ventes signées avaient chuté de 75 % contre seulement 10 % en novembre dernier. (Pixabay / geralt)

Pendant le premier confinement, les ventes signées avaient chuté de 75 % contre seulement 10 % en novembre dernier. (Pixabay / geralt)

Le nombre de promesses de vente a bien moins reculé durant ce deuxième confinement que pendant le premier, selon les chiffres communiqués par MeilleursAgents. Si les prix se stabilisent dans les grandes villes, les ventes vont pourtant rester à un faible niveau, faute d'acheteurs et de biens à la vente.

Le marché immobilier s'est moins effondré pendant le second confinement que durant le premier. L'interdiction des visites a moins pesé sur les transactions immobilières, selon les chiffres dévoilés par MeilleursAgents. Pendant le premier confinement, les ventes signées avaient chuté de 75 % contre seulement 10 % en novembre dernier. Cela signifie qu'il y a eu 10 000 ventes en moins lors du deuxième confinement contre 180 000 en mars et avril, rapporte BFM Immo . Toutefois, le premier confinement s'était étalé sur 55 jours, soit presque deux mois (17 mars au 11 mai) contre un mois pour le second (28 octobre jusqu'au 28 novembre).

Autre constat : les prix se sont maintenus en novembre avec une augmentation de 0,1 % par rapport au mois précèdent. « Les principales métropoles de l’Hexagone qui avaient basculé dans le rouge depuis la rentrée poursuivent leur phase d’atterrissage (-0,4 % à Toulouse et Nice, -0,3 % à Bordeaux, -0,1 % à Rennes et Lyon et 0 % à Paris). Quant à celles qui tiraient encore leur épingle du jeu, elles continuent à bien résister (+0,6 % à Marseille et Lille, +0,7 % à Strasbourg) » détaille MeilleursAgents.

Une période calme

Il n'y a pas d'euphorie à attendre en décembre. A l'image du mois de novembre, la période actuelle est calme, contrairement au printemps. De plus, l'offre n'est pas optimum. Le nombre d'annonces est en perte de vitesse : - 30 % au niveau national par rapport au rythme constaté habituellement en novembre.

Enfin, il y a peu d'acheteurs potentiels. A Montpellier, Lyon et Paris, on ne trouve que 6 % d’acheteurs de plus que de vendeurs. Alors qu'à la même période l'an passé, on en comptait 23 % dans la ville de l'Hérault et 26 % dans la capitale.

1 commentaire

  • 02 décembre18:02

    Sauf qu'il y a 3 fois plus s'annonces après qu'avant le confinement :)


Annonces immobilières