Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Immobilier: les métiers qui continuent à recruter

Le Figaro02/03/2012 à 11:08
Ingénieurs, commerciaux, gestionnaires locatifs? malgré une conjoncture incertaine, certains postes réservent encore de nombreuses opportunités.

Le secteur de l'immobilier a-t-il mangé son pain blanc? Après une année 2011 favorable, les professionnels anticipent en effet un net ralentissement. Prudents, ils prévoient de réduire les embauches de 8 à 21% en 2012, selon le baromètre de l'Apec.

Si les incertitudes économiques rendent les acteurs de l'immobilier plus frileux, tout n'est pas pour autant gelé, comme ce fut le cas lors de la crise financière de 2008. Dans plusieurs catégories de métiers, et non des moindres, les besoins vont rester importants au moins jusqu'à l'automne prochain.

Dans la maîtrise d'œuvre et les bureaux d'étude, la demande se concentre sur les ingénieurs spécialisés (structures, HQE, chauffage-climatisation...). Autres métiers toujours porteurs, ceux de l'ingénierie des infrastructures et de l'aménagement urbain. Mais cela ne concerne que des profils très expérimentés. À noter aussi un besoin récurrent de techniciens dans la maintenance de matériel de construction. «La profession en forme 500 par an, mais il lui en faudrait idéalement 1 000 de plus», précise Renaud Buronfosse, administrateur du salon Intermat 2012.

Les commerciaux montent en puissance

Dans la construction, les grands groupes annoncent des plans de recrutement équivalents à ceux de l'an dernier. Les besoins concernent d'abord des profils opérationnels, impliqués directement dans la réalisation des ouvrages (ingénieurs travaux, conducteurs de travaux...). Fait nouveau, les commerciaux montent franchement en puissance. De nombreux postes de technico-commerciaux, responsables des ventes et chargés d'affaires seront à prendre, l'objectif étant de remplir les carnets de commandes. «Les majors développent une stratégie de l'offre favorisant le recrutement de commerciaux mais aussi de profils confirmés en études de prix dont le rôle est crucial pour se positionner et produire des opérations de plus en plus complexes et concurren­tielles», indique Sébastien Blanchet, directeur chez Michael Page.

Du côté des PME du BTP, sera privilégié le recrutement de cadres terrain, ingénieurs ou commerciaux, dans la réhabilitation, la rénovation ou la restructuration. Certaines entreprises spécialisées dans les économies d'énergies ne sont pas en reste, comme Evasol, actuellement à la recherche de 75 technico-commerciaux dans toute la France.

Les Asset managers n'ont plus la cote

Dans l'investissement immobilier, les offres seront clairement en retrait. Sauf pour les gestionnaires locatifs (ou Property Managers). Foncières, bailleurs sociaux, administrateurs de biens... tout le monde se les arrache. Lors du premier Forum des métiers de l'industrie immobilière, le 16 février dernier au Cnit, Pascal Maury, DRH de BNP Paribas Real Estate, affirmait: «Peu de candidatures et beaucoup de postes de Property. Résultat, les candidats sérieux se retrouvent en position de force pour négocier.»

En revanche, les Asset managers n'ont plus la cote. Aux financiers purs et durs, les recruteurs préfèrent des profils mixtes immobilier-finance, plus proches du terrain. Même frilosité dans les métiers de la promotion. Pourtant, la prospection foncière réserve encore des débouchés aux jeunes diplômés, d'après l'Ecole supérieure des professions immobilières (Espi).

Autre métier à suivre, les juristes, très sollicités dans un environnement réglementaire en pleine évolution, notamment sur le volet environnemental. Enfin, la commercialisation des biens haut de gamme reste un petit marché très en vogue. Le réseau Coldwell Banker France et Monaco va ainsi engager 32 professionnels d'ici à juillet prochain.

LIRE AUSSI:

» Cadres dirigeants: le marché de l'emploi reste dynamique

» Les prix de l'immobilier ancien en baisse

SERVICE:

» Retrouvez les dernières offres d'emploi avec Cadremploi

» Toutes les annonces immobilières avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO EMPLOI SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Emploi

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.