Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Immobilier : les emprunteurs ont gagné 2% de pouvoir d'achat grâce aux taux bas

Le Figaro19/05/2015 à 17:06

Ceux qui ont souscrit un crédit immobilier ont économisé en 2014, 520 euros par rapport à mai 2012. Même si une première banque vient de relever ses taux, les Français devraient continuer à s’endetter à bon compte cette année.

La baisse quasi ininterrompue depuis trois ans des taux des crédits immobilier, a redonné du pouvoir d’achat aux emprunteurs. «Depuis mai 2012, elle a été l’un des soutiens les plus vigoureux aux ménages propriétaires de leur logement», avance Nicolas Bouzou, économiste et dirigeant du cabinet de conseils Astérès. «Elle s’est traduite par une réduction des mensualités de crédit pour les nouveaux acquéreurs ou pour les anciens qui ont renégocié leur prêt», souligne-t-il.

Selon ses estimations, quatre millions de propriétaires, ayant emprunté (1,5 millions de ménages) ou renégocié leur prêt (2,5 millions de ménages) en 2014, ont gagné 520 euros par an net d’impôt en moyenne par rapport à un crédit souscrit en mai 2012. Ce qui représente au total un gain de 2,06 milliards d’euros pour la seule année 2014.

Ceux qui ont renégocié un emprunt en cours ont été les mieux lotis, l’économie réalisée l’an dernier par rapport à mai 2012 représentant 550 euros, contre 460 euros pour les nouveaux emprunteurs. «Cela représente un gain d’environ 2 % de pouvoir d’achat après impôt en moyenne, sachant que le revenu disponible net des ménages s’élève à 29.000 euros», note Hervé Hatt, président du courtier Meilleurtaux.com. «Le gain de pouvoir d’achat sera encore plus important cette année», ajoute-t-il en se basant sur la poursuite de la baisse des taux constatée entre janvier et avril.

Première hausse de taux de crédits

Pour autant, les taux des crédits immobiliers pourraient remonter. Le taux de l’OAT à 10 ans, sur lesquels ils sont indexés s’est fortement apprécié ces dernières semaines passant de 0,4 % mi-avril à près de 1 %. LCL vient de relever de 0,1 % le taux de ses prêts sur 20 ans. «Mais dans le même temps, deux grands réseaux viennent de baisser leurs taux de 0,1 %», nuance Hervé Hatt. «Si la tendance de hausse des taux longs se poursuit, les banques, dont les marges sur les crédits immobiliers sont historiquement élevées, devraient progressivement relever leurs taux. Mais, elles attendront avant de le faire», ajoute-t-il.

Pour Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi, «l’évolution de la stratégie commerciale d’une banque ne suffit pas pour parler de retournement de marché. L’heure est donc toujours propice à la réalisation des projets immobiliers, avec toute l’attention requise par ce type d’opération, toujours lourde pour un ménage. Mais sans précipitation ni panique injustifiée». Les prêts sur 15 ans se négocient à 1,97 % en moyenne et ceux sur 20 ans à 2,26 %. Du jamais vu. Les meilleurs clients dotés d’un apport personnel important et de salaires confortables obtiennent même des taux inférieurs à 2 % sur 20 ans.

Les banques submergées par les demandes de prêts et de renégociations

«L’enseigne qui vient d’annoncer la remontée de ses taux était aussi la plus compétitive du marché. Aujourd’hui, si les banques s’observent et attendent de voir qui emboîtera le pas, d’autres critères entrent en compte comme l’atteinte de leurs objectifs. Pour les emprunteurs, c’est le niveau de négociation qui sera le premier impacté avec des décotes plus sélectives», tempère Cécile Roquelaure, directrice des études d’Empruntis. «Si l’OAT continuait de remonter, les taux pourraient augmenter de 30 à 40 centimes avant l’été», poursuit-elle.

Depuis le début de l’année, les banques et les courtiers croulent sous les demandes de crédits et de renégociations de prêts. A tel point que les délais pour décrocher un prêt se sont significativement allongés. Certaines banques dont les services de prêts sont engorgés, risquent d’être les premières à relever leurs taux. Malgré cette nouvelle donne. Les crédits immobiliers devraient rester bon marché pendant encore un certain temps.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.