Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Immobilier : les droits de mutation vont augmenter

Le Figaro16/07/2013 à 22:37
La France est déjà championne en Europe de la ponction sur l'achat immobilier.

Mauvaise nouvelle pour les ménages qui veulent acquérir leur logement: ils risquent fort de payer plus d'impôt en 2014 et 2015 même si cela est pour la bonne cause. Conscient que les dépar­tements, sans compensation suffisante de l'État, ne pourraient pas indéfiniment financer par leur propre budget les allocations de solidarité (RSA, Allocation personnalisée d'autonomie pour les personnes âgées et de la Prestation de compensation du handicap), le gouvernement leur a accordé mardi 2,2 milliards de recettes nouvelles.

Le hic, c'est que 1,3 milliard viendra d'une hausse des droits de mutation à titre onéreux (DMTO), un impôt payé par tout ménage ou toute entreprise acquérant un bien immobilier. Ces droits de mutation sont levés par les départements, les communes et l'État.

Les départements ont jusqu'à présent l'autorisation d'appliquer un taux d'imposition maximal de 3,8 %. La quasi-totalité d'entre eux sont à ce taux maximal, si bien qu'au total, en ajoutant la part des communes et de l'État, les droits pèsent pour 5,09 % du prix d'acquisition.

À un tel niveau, la France est déjà championne en Europe de la ponction sur l'achat immobilier. Las, au terme de l'accord trouvé mardi, les départements vont être autorisés, en 2014 et en 2015, à appliquer un taux maximal de 4,5 %. Cette mesure figurera dans le projet de budget pour 2014. «Tous les conseils généraux ne relèveront pas leur taux d'imposition ; et ceux qui le feront n'iront pas jusqu'au taux maximum de 4,5 %», minimise-t-on aujourd'hui à Matignon.

Impact psychologique

Les pratiques passées en matière d'impôts locaux permettent ­toutefois d'être circonspect… D'autant que les recettes des droits de mutation sont orientées à la baisse (de 10 % à 20 % cette année), du fait de l'atonie du marché immobilier. Les départements pourraient donc être tentés de «se refaire» dès l'an prochain en augmentant le taux d'imposition.

Claudy Lebreton, président de l'Assemblée des départements de France (ADF), essaye lui aussi de dédramatiser: «le surcroît d'im­pôt ne pèsera pas lourd dans le budget d'achat immobilier d'un ménage». En cas de relèvement du taux à 4,5 %, le surcoût s'élèvera à 1400 euros pour un achat de l'ordre de 200.000 euros. Néanmoins, la manœuvre n'est pas sans risque. Cette hausse d'impôt pourrait avoir un impact psychologique, et bloquer davantage le marché immobilier. Les recettes ne seraient pas alors au rendez-vous! C'était d'ailleurs pour relancer le marché immobilier que Nicolas Sarkozy avait proposé, lors de la présidentielle de 2012, de diviser par deux les droits de mutation.

Le reste des recettes supplémentaires des départements ­pro­viendra en revanche d'un mécanisme vertueux. Aujourd'hui, les départements ne récupèrent pas 100 % de leur taxe foncière: l'État prélève sur cet impôt des frais de gestion de 830 millions d'euros. Dès 2014, ces 830 millions seront rendus aux départements. À charge pour l'État de faire des économies sur sa gestion de l'impôt. Le même type d'accord a été trouvé mardi pour les régions, qui récupéreront quant à elles les frais de gestion de la CVAE (une des taxes qui ­remplacent la taxe professionnelle) et une part supplémentaire de TICPE (l'ex-TIPP sur les carburants). De quoi éviter une nouvelle taxe sur les autoroutes, un temps envisagée…


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.