1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Immobilier : «Les acquéreurs disposent d'une magnifique fenêtre de tir pour négocier»
Le Revenu05/04/2014 à 06:51

(lerevenu.com) - Le Revenu : Comment se porte le marché de l'ancien ?
Jean-François Buet : Il s'est considérablement dégradé, avec  668 000 transactions en 2013. Un chiffre en baisse de 5,1 % par rapport à 2012 (704 000 ventes) et de 15 à 20 % par rapport aux années d'avant-crise des subprimes en 2008.

Le ralentissement des ventes ne se traduit pas pour autant par une chute importante des prix, en recul de 2,9 % l'an passé. Aujourd'hui, l'immobilier de bonne qualité se vend toujours facilement, le milieu de gamme peine à trouver preneur et les logements ?difficiles? souffrent.

Cette année, le nombre de transactions dans l'ancien pourrait encore baisser, sans descendre toutefois en dessous de 650 000 unités. Les prix de vente devraient encore ­baisser, sans aller au-delà de ? 4 %.

Le Revenu : Est-ce le moment d'investir ?
Jean-François Buet : Il ne faut pas hésiter. D'abord, parce que l'on est toujours gagnant à long terme quand on achète en plein ralentissement. Ceux qui ont acheté de la pierre quand le marché étaiten ­récession ? en 1982, 1991, 1997 ? n'ont jamais eu à le regretter.

Ensuite, parce que les acquéreurs disposent d'une ­magnifique fenêtre de tir pour négocier pendant les semaines qui viennent. L'abattement exceptionnel de 25 % sur le montant de la plus-value nette imposable pour les cessions ­réalisées avant le 31 août va être supprimé. Et compte tenu de la morosité du marché, les propriétaires

Lire la suite sur le revenu.com

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M2140153
    17 avril09:55

    Certes ! 97 fut le jackpot. les prix à Paris ont touchés leur plus bas en 98. - Tandis que 82 ou 91 ont été, au contraire, catastrophiques pour les acquéreurs. - Il n'y a pas d'indice officiel pour 82, mais ce fut comme 10 ans plus tard. 92 fut l'année du précédent sommet des prix. - Avec les stats du ministère du logement, on peut calculer qu'en moyenne,l'acquéreur a été perdant pendant 20 ans : page 113 du mémoire au 5/ de cette page : http://www.la-boite-a-finances.com/calculettes-financieres

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer