Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Immobilier : la décrue des prix devrait se poursuivre dans les prochains mois

Le Figaro05/04/2013 à 12:08
INFOGRAPHIE - Selon les notaires, le prix des appartements anciens en France a reculé de 7% entre août 2012 et mars 2013.

Enfin une bonne nouvelle pour les acheteurs potentiels de logement. Après quinze ans de hausse quasi ininterrompue, les prix de l'immobilier ancien ont amorcé une réelle décrue depuis mi-2012 en France. «Entre août 2012 et mars 2013, les prix constatés lors des promesses de vente concernant des appartements anciens ont baissé de 7 % dans l'Hexagone», explique-t-on à la chambre des notaires de France. Même à Paris, où l'envolée des tarifs avait continué plus longtemps qu'ailleurs, ce recul est bien réel. Aujourd'hui, le mètre carré moyen se paye 8080 € dans la capitale contre 8460 €, le niveau record atteint l'été dernier. Un recul de 4,5%.

Comme souvent, les experts ne partagent pas les mêmes chiffres. Ainsi, le réseau d'agences immobilières Century 21 estime qu'au premier trimestre 2013 la baisse n'a pas dépassé 0,6%. Mais tous sont d'accord sur l'essentiel: après avoir légèrement baissé en 2012 (- 1,3%, selon les notaires), les prix vont continuer à reculer au cours de cette année. Pour des raisons évidentes: la montée du chômage et le petit moral des Français face aux sombres perspectives économiques qui ne leur donne pas envie de se lancer dans un achat immobilier. Une réalité qui se traduit depuis quelque temps par une chute des transactions immobilières. «Nous attendons seulement 600.000 ventes cette année, contre 709.000 en 2012 et plus de 800.000 il y a deux ans», avance Philippe Laborde, président de l'Institut notarial de l'immobilier.

Cette baisse des prix sera-t-elle limitée ou s'agira-t-il d'un décrochage marqué? Deux écoles s'affrontent. Pas mal de macroéconomistes tablent sur un recul des prix très sensible. Ainsi, fin janvier, le cabinet Asterès pariait sur une baisse des prix de l'immobilier ancien de 10 % par an pendant trois ans. Pour justifier cette analyse, lui et ses pairs relèvent que les prix de l'immobilier sont excessifs par rapport au revenu disponible des ménages. Mi-janvier, l'hebdomadaire The Economistestimait que la France était le pays européen où l'immobilier était le plus surcoté. L'évolution des prix des appartements et maisons, beaucoup plus rapide que celle des salaires au cours des dix dernières années, en donne un aperçu. Selon les notaires, la hausse a été de 151% à Bordeaux, de 138% à Lyon et de 65% à Rennes ou à Reims.

Les agents immobiliers, eux, envisagent plutôt une baisse des prix limitée. Il n'y a guère que Laforêt à tabler sur un recul des tarifs de 5% cette année. «Avec les mauvaises nouvelles récentes, le recul sera supérieur aux 2% que nous anticipions en janvier, mais ne dépassera pas les 3%», affirme Jean-François Buet, président de la Fnaim. «Nous ne croyons pas à l'éclatement de la bulle immobilière», renchérit Bruno Delambre, membre du bureau du Conseil supérieur du notariat.

Pour une fois, le gouvernement souhaiterait que les agences de notation aient raison, car la lutte contre le prix élevé des appartements et des maisons constitue un axe de la politique menée par Cécile Duflot, ministre du Logement. Mais cet effondrement est tout sauf certain. En effet, pour faire baisser les prix de l'immobilier, le gouvernement a choisi de «booster» l'offre de logements neufs, aujourd'hui au plus bas. Cela passe par la cession à des tarifs préférentiels de terrains publics pour y bâtir des logements. Ou par la chasse contre les recours abusifs contre les permis de construire. Si cette approche est efficace, elle ne portera pas ses fruits avant plusieurs années.

Une autre politique, aux effets plus rapides, serait possible: aider les accédants à la propriété. Nicolas Sarkozy l'avait fait avec le PTZ (prêt à taux zéro) +. Pour faire des économies, il l'avait, à la fin de son mandat, réservé aux acquéreurs d'immobilier neuf. Duflot n'a pas souhaité rouvrir le PTZ + à ceux qui achètent un logement ancien, considérant que cela entretenait la hausse des prix. Et aussi, probablement, que cela plombait les finances publiques...

baisse des prix des appartements et des maisons en 2012 selon les notaires

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.