Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Immobilier : faut-il profiter des taux bas pour acheter ?

Le Revenu21/06/2014 à 08:12
(lerevenu.com) - «Il est probable que vous achèterez à des niveaux moins élevés dans dix ans et avec des taux d'intérêts encore attractifs», affirme l'économiste qui a coordonné l'ouvrage «Après la récession Inflation ou déflation» sous l'égide du Cercle Turgot. Car si la baisse des taux donne du pouvoir d'achat aux personnes qui ont de l'appétit pour l'immobilier, elle n'a pas d'impact sur celles qui n'en ont pas, de plus en plus nombreuses, et dont le poids croissant aura selon lui un effet déflationniste.
 
«L'appétit des Français pour l'immobilier va s'amenuiser», prévoit-il.
«Avant la consommation il y a le désir et ce désir est très lié à l'âge de la population. Les populations sont à leur zénith de consommation entre 44 à 55 ans, c'est à cet âge que vous consommez le plus. Dans l'immobilier vous achetez à partir de 31 à 32 ans et vous êtes vendeur net à l'âge de 58-60 ans», explique-t-il. Ainsi pendant 45 ans, jusqu'en 2010, le désir d'acheter a été fort avec la montée en puissance des classes d'âge des générations issues du baby-boom (1945-1971). Ces générations vont liquider une partie du patrimoine accumulé en guise de compléments de revenus, ce qui affectera les prix des actifs, immobilier, actions? Résultat : tous les cinq ans il y avait une cohorte de 420.000 acheteur nets (90.000 par an). Mais depuis 2010, le flux s'est inversé et il y aura 1,3 million de vendeurs nets en cinq

Lire la suite sur le revenu.com

15 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • er3dw
    26 juin15:54

    surtout n'achetez pas pour louer! quand vous aurez retiré les multiples taxes, l'entretien du bâtiment (à refaire quand le locataire part) + le risque d'impayé (dans ce cas le logement est souvent dégradé avec beaucoup de frais)le rendement est négligeable.

    Signaler un abus

  • M1945416
    23 juin13:30

    oups : qui squattent les parents ...

    Signaler un abus

  • M1945416
    23 juin13:23

    de toute manière c'est un choix à faire : être locataire ou devenir propriétaire (et oui il faut faire un crédit sur de longues années) ... et l'immobilier au contraire n'est pas une économie stérile, il faut l'entretenir, et ça fait marcher le secteur du bâtiment

    Signaler un abus

  • M1945416
    23 juin13:19

    chez nous , les anciens vendent leur bien, cher certes, mais avec ce capital, les gamins n'ont pas à mettre la main à la poche pour leurs maison de retraite ... si les biens se vendent 30% moins cher ce sera forcément le cas, alors qu'est ce qui est mieux ? par exemple l'espagne ou l'immobilier a perdu sa valeur; le pays va -il mieux pour autant ? les jeunes qui quattent les parents ? les étrangers qui profitent de l'immobiliers pas cher ?

    Signaler un abus

  • zeisuke
    23 juin11:17

    l'immobilier est une économie stérile

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.