Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Immobilier : faut-il acheter ou louer ?

Le Figaro04/01/2011 à 19:47
Face au prix du mètre carré qui flambe, il semble parfois plus raisonnable d'attendre pour acquérir sa résidence principale. Mais est-ce judicieux de rester locataire si l'on dispose des moyens pour acheter ?

Les records se succèdent. Selon les derniers chiffres publiés ce mardi par le réseau d'agences Century 21, la baisse des prix enregistrée au deuxième semestre 2008 et premier semestre 2009 lors de la crise financière est désormais effacée. En fin d'année 2010 le prix moyen du mètre carré sur l'ensemble de la France a atteint 2580 euros, un niveau plus élevé qu'avant la crise. Sur un an, la hausse a été de près de 9%. Dans les grandes agglomérations le bond a été encore plus significatif. A Paris notamment, des sommets sont atteints. Le prix moyen du mètre carré atteignait 7500 euros au troisième trimestre, et les notaires anticipent une possible pointe à 8000 euros en ce début d'année 2011. Si le rêve de devenir propriétaire est inscrit dans le code génétique hexagonal, à de tels prix, la question d'acheter ou de rester locataire se pose légitimement pour les primo-accédants. Dans la majorité des cas, s'acquitter d'un loyer demande en effet un effort financier moins important que rembourser un emprunt.

Acheter pour préparer sa retraite

«Louer peut paraître intéressant dans un premier temps», admet Bernard Cadeau, président du réseau d'agences immobilières Orpi. Selon lui la location ne peut cependant pas être une solution à long terme. «Payer un loyer et faire de l'épargne c'est impossible si l'on veut être logé correctement. Rembourser un crédit en revanche c'est faire de l'épargne forcée et donc capitaliser pour l'avenir», explique-t-il. Car pour les experts du secteur, l'achat de la résidence principale est avant tout un acte d'anticipation. Marc Darnault, associé du cabinet Optima retraite, expliquait d'ailleurs au Figaro.fr en février dernier que l'achat de la résidence principale était l'un des premiers actes à accomplir si l'on en a les moyens évidemment - pour préparer sa retraite. «Ceux qui ont eu la sagesse de devenir propriétaires à 30 ou 40 ans, n'ont plus de loyer à payer lorsqu'ils atteignent l'âge de la retraite », renchérit Guy Hoquet, président du réseau d'agences éponyme.

L'avantage des taux d'intérêts bas

Et même si le niveau des prix semble aujourd'hui prohibitif, Elix Rizkallah, président du réseau Laforêt, estime que nous sommes dans une période d' «acheteurs», compte tenu du niveau très bas des taux d'intérêt pratiqués par les banques. «Entre le prix d'une location et le remboursement d'un prêt le choix est rapide grâce au taux d'intérêt», remarque Pierre Bazaille, président de l'Institut notarial de l'immobilier qui ajoute que la pénurie de biens à louer dans de nombreuses villes est une motivation supplémentaire.

Autre argument en faveur de l'achat invoqué par le patron de la FNAIM, René Pallincourt : la corrélation entre les marchés de la vente et de la location. «Les deux se régulent l'un l'autre, estime-t-il, lorsque les prix d'achat augmentent le niveau des loyers remontent aussi, avec un décalage dans le temps et un niveau moins important, certes, mais quand les prix de ventes augmentent les loyers suivent toujours».

Enfin, la disparition de la déductibilité des intérêts d'emprunt «un échec sans impact sur le marché de l'accession », d'après Laurent Vimont, président de Century 21,et l'arrivée du nouveau prêt à taux zéro élargi devraient être un vrai coup de pouce pour les primo-accédants... à condition que les taux restent bas.

LIRE AUSSI :

» Immobilier : les taux devraient rester bas en 2011

» Préparer sa retraite à tous les âges

» Comparatif européen des propriétaires : la France à la traîne

» Les propriétaires restent plus longtemps au chômage

http://www.lefigaro.fr/immobilier/2010/07/01/05002-20100701ARTFIG00461-immobilier-le-premier-achat-est-tres-difficile.php%3c/p%3e" target="_self">» Immobilier : le premier achat est très difficile

» Un prêt à taux zéro élargi à plus de propriétaires

» Paris: Les prix atteignent 7500 euros le mètre carré

» Les nouvelles règles pour acheter en 2011

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.