Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Immobilier : de moins en moins d'acheteurs

Le Figaro12/11/2012 à 13:13
Les Français sont 28 % aujourd'hui contre 33 % en septembre 2011 à envisager une acquisition.

La crise dissuade peu à peu les Français d'investir dans la pierre. Ils sont de moins en moins nombreux à envisager un projet immobilier: 28% aujourd'hui, contre 33% en septembre 2011, selon le troisième baromètre Explorimmo-Ifop. Pour 71% d'entre eux, le contexte de marché est aujourd'hui défavorable, surtout en raison du contexte économique. Ils n'étaient que 66% à émettre la même opinion un an plus tôt.

Près des trois quarts (74%) des quelque mille personnes interrogées par cette étude début octobre ne font pas confiance aux mesures annoncées par le gouvernement pour améliorer la situation sur le marché du logement. Ceux qui ont toujours envie d'acheter le feront surtout (61%) pour changer de résidence principale, plus rarement (16%) pour louer le bien.

La crise renforce encore un peu plus le statut de valeur refuge de l'immobilier, qui est associé à une volonté de se mettre à l'abri, de constituer un patrimoine à transmettre (pour 40% des sondés, contre 34% en 2011) et de sécuriser sa retraite (27%). Seuls 7% des sondés y voient un moyen de s'assurer un revenu complémentaire. En revanche, malgré la crise, le budget que les candidats acquéreurs prévoient de consacrer à leur opération est de plus en plus important: 213.000 euros en moyenne aujourd'hui, soit 5% de plus qu'en septembre 2011 (203.000 euros). L'apport personnel en représente plus du tiers (36%, soit 93.000 euros). Seuls 15% des Français désireux d'acheter ne possèdent aucun apport.

Pour ceux qui écartent l'idée de devenir propriétaire, le principal problème est le manque de moyens financiers, invoqué par 49% d'entre eux. Une importante rentrée d'argent suffirait, toujours pour la moitié d'entre eux, à les faire changer d'avis. Loin devant une baisse des prix de l'immobilier, qui ne motiverait, elle, que 9% du total.

Ce qu'ils attendent du gouvernement? L'implication de l'État dans la construction de nombreux logements privés pour faire baisser les prix. C'est la première mesure évoquée par 32% des locataires, loin devant la construction de logements sociaux (20%) ou l'assouplissement des conditions d'accès au logement social.

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • titi18
    26 novembre14:44

    La demande est toujours présente. Je ne crois pas que les vendeurs soient vraiment près à baisser leur prix en dessous de leur prix de revient sauf si les prix des équipements, des terrains, de la main d'oeuvre, des taxes diverses sur la construction baissent pour pouvoir se reloger sans avoir à payer plus que la vente de son bien initial.

    Signaler un abus

  • loco93
    12 novembre17:55

    Et tant pis pour ceux qui ont acheté "trop cher" du moins à tout prix de l'immo pour leur investissement locatif. Pour rappel un investissement ne signifie pas gagner à coup sur, il faut savoir en mesurer les risques et accepter de tout perdre si on a pas su adopter un bon esprit clairvoyant!

    Signaler un abus

  • loco93
    12 novembre17:51

    Autant la population n'a pas un budget illimité pour le jeter dans une location, elle n'a pas non plus les moyens pour dilapider toutes ses économies dans l'accés à la propriété où les prix sont en surchauffes! Il va rester quoi au ménage sinon pour consommer made in france hein? déja de plus en plus demandeur de produit low cost, tellement les charges liées à la vie courante ne cessent d'augmenter! Il faut que les prix de l'immo se régulent, point barre!

    Signaler un abus

  • dotcom1
    12 novembre17:23

    Vu que le délais d'exonération de PV est passé à 30 ans et que les loyers sont plafonnés, même les plus prévoyants ne peuvent envisager d'investir dans l'immo pour leur retraites!

    Signaler un abus

  • supersum
    12 novembre17:17

    Il faudra bien que les gens achètent quand leur bailleurs leur donnera congé et vendra

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.