Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Immobilier de luxe : à Paris, les Français ont repris la main

Le Figaro23/06/2016 à 10:19

À l’image de Xavier Niel, qui vient d’acheter l’hôtel Coulanges, place des Vosges dans le Marais, pour 31,5 millions d’euros, les Français ultra fortunés sont très actif sur ce marché de niche.

Les Français ultra fortunés sont très actifs sur un marché de niche de l’immobilier de luxe parisien qui se porte à merveille grâce à de faibles taux d’intérêt, des prix stabilisés et une conjoncture en amélioration, selon deux réseaux spécialisés. «Depuis six mois nous constatons que les acquéreurs de biens immobiliers de super luxe sont majoritairement français», a déclaré mercredi Charles-Marie Jottras, président de la société Daniel Féau, qui fait partie du réseau Christie’s, en rencontrant la presse.

Ce marché est actuellement «plus porté par les Français, résidents ou non, que par les étrangers» venus du Golfe et du Proche-Orient, des Etats-Unis ou d’Europe, traditionnels acheteurs de biens haut de gamme dans la capitale. Sur les derniers mois, le réseau a vendu dix biens d’une valeur allant de 10 à 31,5 millions d’euros, à un prix au m2 allant de 15.000 à 31.000 euros, et dans 7 cas sur 10 les acquéreurs étaient de l’Hexagone. Seuls deux y étaient résidents fiscaux.

La plus grosse de ces transactions est celle - ébruitée dans la presse début juin et confirmée par l’intéressé - de l’hôtel Coulanges, place des Vosges dans le Marais, acquis 31,5 millions d’euros par Xavier Niel, le patron d’Iliad, maison mère de l’opérateur Free. L’immeuble de 2.300 m2 avait été squatté en 2009/2010, par des jeunes précaires du collectif Jeudi noir, qui l’avaient surnommé le squat de la «Marquise», en référence à Madame de Sévigné, née dans les murs en 1626.

Comme le reste du marché immobilier, le segment du luxe est porté par des taux de crédit très bas, des prix stabilisés, un «effet de rattrapage après plusieurs années où les projets ont été différés» et le «sentiment que l’économie va mieux». Et ce, en dépit des «épisodes récents de grèves et de violences qui affectent les étrangers plus que les nationaux, note le réseau.

Enfin, l’immobilier fait office de «valeur refuge» pour les investisseurs, car les autres placements sont moins rémunérateurs à l’heure actuelle. Depuis le 1er janvier, le chiffre d’affaires des agences Daniel Féau et Belles Demeures de France a ainsi grimpé de 18%. Même discours chez le concurrent Emile Garcin, un groupe familial qui affiche un bond de 30% de son chiffre d’affaires depuis le début de l’année.

«Il y a des acheteurs, dont beaucoup sont Français, même expatriés, pour les biens magnifiques. Ils sont prêts à investir 6 à 15 millions d’euros», rapporte à l’AFP Nathalie Garcin, qui co-dirige l’enseigne. «C’est exceptionnel. Avant, c’est surtout les étrangers qui avaient ce type de budget», note-t-elle. «Nous sommes clairement entrés dans un marché caractérisé par une demande vigoureuse face à une offre qui retrouve ses niveaux les plus bas», car les stocks de biens supérieurs à un million d’euros à vendre ont fondu en quelques mois, au sein du réseau Daniel Féau.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.