Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Immobilier : après un coup d'arrêt historique, le marché du logement a redémarré cet été
Boursorama avec Media Services08/10/2020 à 17:55

"L'attrait pour l'immobilier ne se dément pas, tout au contraire", selon le président du réseau Century 21.

Vue aérienne de l'ouest de Paris, en septembre 2020.  ( AFP / THOMAS COEX )

Vue aérienne de l'ouest de Paris, en septembre 2020. ( AFP / THOMAS COEX )

Le marché français du logement respire enfin : l'été a marqué une franche reprise, après un coup d'arrêt historique lors du confinement. Les professionnels du secteur s'interrogent toutefois sur le cas spécifique de Paris, après des années de flambée des prix. 

"Dans cette période économique incertaine, l'attrait pour l'immobilier ne se dément pas, tout au contraire", se félicitait début octobre, dans un communiqué, Laurent Vimont, président du réseau Century 21. Comme tous les trimestres, à l'instar de ses concurrents, ce réseau - deuxième en France après Orpi - a publié un bilan de son activité. Ces chiffres sont très parcellaires, mais donnent une première idée du marché avant les indicateurs plus fiables des notaires, fin novembre.

L'été s'annonçait crucial pour le marché du logement, qui avait vu son activité s'effondrer pendant le strict confinement décrété au printemps face au virus. Ces derniers mois poussent les professionnels à un optimisme prudent : les ventes de logements sont bien reparties, même si elles ne permettront probablement pas de retrouver cette année le niveau de 2019. Le marché sort, certes, de plusieurs années de rythme soutenu, avec plus d'un million de ventes par an l'an dernier, sur fond notamment de conditions de crédit très favorables chez les banques. 

Des ventes qui augmentent

Désormais, "aux projets qui n'avaient pu aboutir durant le confinement, (se sont) ajoutés ceux qui avaient émergé durant les huit semaines où les Français avaient été immobilisés chez eux", a résumé Laurent Vimont. Ainsi, chez Century 21, au troisième trimestre, les ventes de maisons ont progressé de 19,8% par rapport à un an plus tôt et celles d'appartements de 3,7%. Chez son concurrent Laforêt, troisième réseau français, qui comptabilise les quatre mois entre juin et septembre, l'ensemble des ventes a aussi progressé, de 19,5% par rapport à un an plus tôt.

Quant aux prix, la crise a pour le moment infléchi la tendance générale à la hausse de ces dernières années, mais elle ne l'a pas inversée. Au troisième trimestre, Century 21 et Laforêt évoquent une hausse générale de leurs prix de vente. L'Adresse, un plus petit réseau, signe même une progression de plus de 5%, toujours sur un an. "Les grandes métropoles sont moins sensibles à la variation des prix", détaille, dans un communiqué, Yann Jéhanno, président de Laforêt. "Elles concentrent les facteurs d'attractivité, face aux zones rurales plus sensibles à l'économie de proximité." "Pour le moment, avec une offre qui reste historiquement basse et une demande qui se maintient, voire se renforce, les prix se tiennent", conclut-il.

Vers un recul à Paris ?

Mais les professionnels s'accordent à évoquer une situation particulière, celle de Paris. Plus que toute autre ville française, la capitale sort d'années de flambée des prix, désormais bien installés à plus de 10.000 euros le mètre carré. Or les réseaux évoquent un net ralentissement ces derniers mois même si, là encore, il n'est pas question de parler encore d'une baisse des prix. Ils remarquent, en particulier, que les acheteurs sont moins prêts à se précipiter sur n'importe quel logement parisien.

"Le comportement des acquéreurs a changé : les biens disposant d'une belle superficie et dont le budget d'acquisition est conséquent restent désormais sur le marché s'ils ne sont pas impeccables et ne disposant pas d'espace vert", rapporte, dans un communiqué, Brice Cardi, à la tête de l'Adresse. Il estime même qu'à terme, les prix des logements parisiens pourraient reculer, face à une autre tendance : une désaffection des investisseurs étrangers.

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3366730
    08 octobre18:46

    C'est vrai "Le comportement des acquéreurs a changé : les biens disposant d'une belle superficie et dont le budget d'acquisition est conséquent restent désormais sur le marché" mais également tous les biens qui sont de qualité moyenne et surtout médiocre.L'immobilier reste un refuge d'investissement et nous verrons la suite.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer