1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Ile-de-France : 26 villes veulent encadrer les loyers

Boursorama avec AFP06/12/2018 à 09:02

La loi Elan prévoit l'encadrement des loyers. Les communes espèrent obtenir le feu vert de l'État d'ici la fin de l'année.

Un passant à Toulouse regarde la vitrine d'une agence immobilière le 15 mars 2018. ( AFP / PASCAL PAVANI )

Dans le sillage de Paris, vingt-six maires "communistes et républicains" d'Ile-de-France ont annoncé mercredi 5 décembre qu'ils s'engageaient à encadrer les loyers pour "redonner du pouvoir d'achat aux familles étranglées". Ils réclament auprès du gouvernement la mise en œuvre de cette mesure prévue par la récente loi Elan, a-t-on appris auprès du maire de Montreuil (Seine-Saint-Denis). Selon Les Echos, le prix d'une location à Paris atteint 23 euros par mètre carré, plus de 16 pour les communes de la petite couronne. Le quotidien économique ajoute que le loyer "absorbe fréquemment plus de 30 % des revenus d'un ménage".

À ces villes de région parisienne, parmi lesquelles figurent Ivry-sur-Seine, Auvervilliers, Bagneux, Gennevilliers, Saint-Denis ou encore Vitry-sur-Seine, s'ajoutent trois autres communes : Echirolles (Isère), Martigues et Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône).

"NOUS DEMANDONS JUSTE L'APPLICATION DE LA LOI"

Toutes ces collectivités proposeront avant la fin de l'année "à leur Conseil municipal d'adopter une délibération demandant à l'État la mise en œuvre immédiate de l'encadrement des loyers sur le territoire de leur commune", selon un communiqué publié mercredi, avant une conférence de presse donnée à Montreuil (Seine-Saint-Denis) par le maire PCF Patrice Bessac et Ian Brossat, adjoint communiste au logement à la mairie de Paris.

Ce dispositif d'encadrement des loyers dans les zones dites "tendues" est prévu à titre expérimental dans la loi Elan (évolution du logement, de l'aménagement et du numérique), adoptée en octobre. Mais le décret d'application de cette mesure n'a pas encore été publié. "Les loyers aujourd'hui, c'est le racket. Nous demandons juste l'application de la loi, qui permettrait de réguler le marché", a déclaré à l'AFP le maire de Montreuil. "Dans de nombreuses villes où le prix du logement monte en flèche, les 'gilets jaunes' ont évoqué ce problème. Le gouvernement a la solution : ça ne lui coûte rien et ça donnerait un signal fort sur le front du pouvoir d'achat", a ajouté Patrice Bessac.

PARIS À l'INITIATIVE

Fin novembre, la mairie de Paris avait annoncé sa volonté de rétablir l'encadrement des loyers. "Les Parisiens sont étranglés par les prix de l'immobilier. Depuis que l'encadrement des loyers a été annulé par le tribunal administratif en novembre 2017 (décision confirmée en appel en juin 2018), la situation s'est très largement dégradée pour les locataires", avait estimé Ian Brossat, également tête de liste PCF aux élections européennes de mai. Selon lui, la suppression de l'encadrement des loyers a fait perdre en moyenne 1.500 euros sur une année aux locataires parisiens.

Le prochain Conseil de Paris devrait valider la mesure le 11 décembre. Mais il faudra ensuite que le préfet d'île-de-France prenne un arrêté établissant un prix plafond au mètre carré. Et surtout, il faudra attendre que le gouvernement publie les décrets d'application de la loi Élan.

Selon Les Echos, les loyers sont repartis à la hausse en 2017 : +0,8% à Paris et 0,9 % en petite couronne. Selon une étude de Meilleursagents.com citée par le quotidien et portant sur 15.000 annonces parisiennes, l'encadrement des loyers avait une réelle efficacité. Jusqu'à 47 % des annonces sortaient de la limite de la fourchette de loyers imposés avant 2015 et le début de l'encadrement. Le chiffre était tombé à 33 % quand s'appliquait encore la loi. Il est remonté à 41,5 depuis qu'elle a été supprimée.

10 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • heimdal
    06 décembre14:52

    Plus la csg sur les revenus fonciers .Les socialo-communistes sont un cancer pour l'économie

    Signaler un abus

  • jean-641
    06 décembre10:20

    une augmentation de 0.8% des loyers, quand l'inflation était à +1% au global, dont +6.2% sur l'énergie et + 2.7% sur le tabac...qui se gave ? à qui profitent les plus fortes hausses ?????? l'ETAT !!et une hausse de 0.8 versus 1, ça fait une baisse de pouvoir d'achat pour les bailleurs de 0.2%, puisque ce qu'ils achètent coute plus que le bénéfice de l'augmentation... cherchez l'erreur !

    Signaler un abus

  • ericlyon
    06 décembre10:20

    C'est affligeant ! Comment peut-on penser que le blocage des loyers améliore le logement ? Ca provoque inévitablement une raréfaction de l'offre immobilière et une dégradation de cette offre !

    Signaler un abus

  • hbaudry1
    06 décembre09:48

    L'entretien des immeubles locatifs va baisser.

    Signaler un abus

  • nayara10
    06 décembre09:38

    Encadre les loyers ,c'est nouveau ...Mais ,ne vaudrait-il pas mieux encadre les TAXES et les IMPÔTS qui ne font qu'augmenter ....Tout ceci contribue à la dégradation des bâtiments ,mais c'est la ruine en quelque sorte ....

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer