Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Il y a 80 ans... Le Figaro présentait la cuisine du futur

Le Figaro07/10/2016 à 17:56

RÉTRO IMMO - Pour inaugurer sa rubrique «Chez soi», Le Figaro du 16 décembre 1936 évoque la cuisine de demain. Au programme: cuisinière électrique et évier ou casseroles en inox.

En cette fin d’année 1936, le Figaro lance sa rubrique «Chez soi» destinées à ses «chères lectrices» pour leur communiquer de «fins tuyaux» afin d’installer et équiper au mieux leur intérieur. Cette première pleine page accorde une large place à la cuisine, avec notamment une référence à la «cuisinière électrique à feu vif Alsthom». À cette époque, Alstom s’écrivait encore avec un «h» supplémentaire et fabriquait des équipements électriques en plus des trains.

Dans un article titré «Le travail facile», le quotidien vante les vertus de l’évier «en acier inoxydable dans la masse, à 18 % de chrome et 8 % de nickel». Cette «idée venue de Suède, pays éminemment social, a trouvé chez nous une réalisation pratique, propre à rendre élégant ce qui est odieux: la vaisselle», précise le journal. Une innovation qui «réduit le lavage de la vaisselle au minimum de temps et de fatigue» car elle comprend: «pour égoutter, une table inclinée, pour laver, une large cuvette en creux, pour rincer, une plus petite cuvette, le tout embouti en une seule feuille de métal».

Ramasser les épluchures sans y mettre les mains

Cerise sur le gâteau cet équipement high-tech comprend «des accessoires amovibles permettant de ramasser les épluchures sans y mettre les mains, de laver l’argenterie, de faire tremper les légumes» et «n’exige d’autre entretien que celui de l’eau et du savon».

Autre allié de la cuisine moderne: la cuisinière électrique et plus particulièrement le four. «La cuisine électrique présente cet immense avantage de renouveler les procédés de la cuisine ancienne, mais accompagnés de tous les perfectionnements de la technique moderne, écrit Le Figaro. Avec un four électrique, il suffit d’avoir une bonne viande pour réussir un rôti admirable. L’électricité se charge du reste.» D’ailleurs, le vice-président des «Gastronomes régionalistes» est là pour rassurer les lecteurs sur la pertinence de ce progrès. La technique «est, de nos jours, la plus rationnelle, quand on ne peut s’offrir le luxe de la cuisine au bois devant la grande cheminée». «Pour parfaire un mijotage, rien ne peut prétendre à remplacer l’électricité, si ce n’est toutefois la braise incandescente couverte de cendres», précise-t-il encore. Et pour couronner le tout, il a même des arguments d’hygiène voire d’écologie avant l’heure. «Dans la cuisine par l’électricité, il n’y a aucune combustion, donc pas de buée, pas de production de gaz carbonique venant vicier l’atmosphère de la pièce.»

Gagner 1/3 de sa consommation électrique

Pour finir de convaincre les derniers indécis un autre petit article nous précise, enfin, que cette cuisine électrique est aussi la plus économique, pour peu que l’on s’équipe de bonnes casseroles en inox. «L’emploi d’une batterie de cuisine bien adaptée fait gagner au moins 1/3 de la consommation. En consultant vos quittances, vous pouvez vous rendre compte facilement de l’argent que vous gaspillez en pure perte chaque mois si vous employez un mauvais matériel.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.