Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Il y a 157 ans... l'utilisation du mètre causait la décadence de l'architecture

Le Figaro15/01/2016 à 18:35

RÉTRO IMMO - En 1859, Le Figaro s’amuse à souligner dans une chronique que l’abandon des anciennes mesures duodécimales au profit du mètre est à l’origine d’une architecture pratique, efficace mais sans génie.

En ce 3 septembre 1859, Le Figaro percevait déjà la «décadence de l’architecture moderne». Mieux que cela, il en avait décelé la cause. Une origine insoupçonnée: l’adoption du système métrique, dont le principe avait été adopté dès la Révolution française en 1789. Le chroniqueur Paul d’Ivoi y fait cette découverte lors d’un congrès d’archéologie qui se tenait à Strasbourg.

«C’est notre funeste système décimal des poids et mesures qui a tué l’architecture, écrit-il. Le système décimal est commode, il est vrai, pour compter, pour multiplier, pour diviser il est exact, il rend impossible les fraudes, il est uniforme et régulier, il a des avantages incontestables, il n’est funeste qu’à l’architecture. L’ancien système de mesures, au contraire, le système duodécimal, le pied, se divisant en douze pouces, le pouce en douze lignes, le sou en douze deniers, etc. était favorable à l’architecture.»

Et pourquoi donc? Tout simplement parce que 10 n’est divisible que par 1, 2 et 5 alors que 12 serait «un nombre sacré». «C’est le nombre des apôtres il est divisible par un, par deux, par trois, par quatre et par six, poursuit l’article. Trois est le nombre sacré par excellence, c’est le nombre divin ; c’est de l’idée de la Trinité que découle l’ogive, gloire de l’architecture gothique. Quiconque a adopté le système décimal n’a pas la foi, et ne peut pas faire un bon architecte.»

Concluant son explication, l’article relate la mésaventure d’un architecte strasbourgeois, défenseur du mètre. «Vous mesurez vos constructions avec un mètre et non pas avec une toise? Allez, vous n’avez pas la foi ; vous ne pouvez être qu’un architecte de décadence.» Voilà pour ceux qui ignoraient les malheurs que nous a attiré le mètre.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.