Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Idéale pour l'été, la maison en terre ne rime pas avec pauvreté

Le Figaro11/07/2016 à 10:26

Dans l’imaginaire populaire, les construction en terre sont fragiles et promptes à s’ébouler. Pourtant, aujourd’hui, un tiers de la population mondiale habite dans des maisons de terre. En France, Lyon fait figure d’exemple.

Habitat en terre rimait jusqu’il y a peu avec pauvreté, mais l’heure est à la réhabilitation d’un mode de construction dont on célèbre désormais les qualités écologiques. Du 11 au 14 juillet, la 12e édition du congrès Terra, organisée à Lyon sous l’égide de l’Unesco, sera l’occasion de présenter des projets architecturaux innovants faisant appel à cette matière première abondante, résistante et recyclable à l’infini. Venues de 67 pays, 357 équipes vont concourir aux prix Terra Awards qui seront remis lors du congrès. Une participation exceptionnelle qui a surpris jusqu’aux organisateurs, reconnaît la coordinatrice de la compétition, Dominique Gauzin-Müller.

Un tiers de la population mondiale, sur tous les continents et sous toutes les latitudes, habite aujourd’hui dans des maisons en terre, fait valoir l’organisateur du congrès, le laboratoire CRATerre de l’Ecole nationale d’architecture de Grenoble, une des références mondiales du secteur. Sait-on que des portions entières de la Grande muraille de Chine sont en terre? Le magnifique château de Vaugirard (Loire), monument historique du XVIIe siècle, est lui complètement fait de pisé et 135 des oeuvres architecturales inscrites au patrimoine mondial de l’Humanité sont construites en adobe, pisé, torchis ou bauge, soit 15% du total.

Lyon, la ville exemple

Lyon, qui accueille le congrès, se targue d’être la ville d’Europe comptant le plus de bâtiments en terre. On les estime à plus de 20.000 sur l’agglomération. Mais le secret reste bien gardé car rien ne distingue ces bâtiments, systématiquement recouverts d’un crépi, de leurs voisins de pierre ou de brique. «Le dossier, par ailleurs remarquable, qui a conduit à inscrire le centre historique de Lyon au patrimoine mondial de l’Humanité ne cite pas une seul fois le mot pisé», s’étonne l’architecte et ingénieur Emmanuel Mille, rencontré Grande Rue de la Croix-Rousse, une rue d’architecture faubourienne dont la quasi-totalité des bâtiments sont en terre.

Pourtant, si l’on exclut le quartier Renaissance du Vieux-Lyon et les quartiers du XIXe de la Presqu’île, «la construction en terre est LE mode de construction de Lyon», y compris pour des immeubles de belle hauteur, assure M. Mille. Pour les maisons de canuts, qui avaient besoin de beaucoup de lumière pour travailler sur leurs métiers à tisser, les façades peuvent être en pierre, pour permettre de grandes fenêtres, mais les autres murs sont souvent en pisé. Avec l’aide du nouveau musée des Confluences, M. Mille coordonne un grand recensement participatif destiné à répertorier les bâtiments en pisé de la troisième ville de France.

Douillet en hiver, frais en été

Dans l’imaginaire populaire, les construction en terre sont fragiles et promptes à s’ébouler. A Lyon, la mémoire reste vive des grandes inondations de 1856 qui provoquèrent des centaines d’effondrements et poussèrent le préfet à interdire ces édifices. «Mais on a continué à bâtir en terre à Lyon jusqu’au début du XXe siècle», relève M. Mille. C’est la Grande Guerre qui devait porter un coup fatal à cette technique, architectes et artisans ayant péri dans les tranchées où on les avait précisément dépêchés pour leur science de ce matériau.

Pour peu qu’elles soient protégées de la pluie et des remontées d’humidité, les constructions en pisé sont d’une grande robustesse. La terre est en effet un béton naturel où l’argile, mélangée à l’eau, remplace le ciment pour lier sables et graviers. Utilisant une matière première trouvée sur place, facilement recyclable, la construction en terre «a un impact écologique proche de zéro», souligne Thierry Joffroy de CRATerre. «Grâce à leur grande inertie thermique et à la capacité des argiles à réguler l’humidité ambiante, les bâtiments en terre sont confortables, naturellement douillets en hiver et frais en été, permettant des économies de chauffage et de climatisation», ajoute le chercheur.

Que des avantages donc dans la mesure où le secteur du bâtiment dans son ensemble (construction et usage) génère 43% des émissions de gaz à effet de serre en France.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.