Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande veut être plus strict avec les maires sur la construction des HLM

Le Figaro05/02/2015 à 23:38

Le président de la République envisage d’augmenter les pénalités pour les communes réticentes et de revoir l’implantation des logements sociaux.

Après Manuel Valls, c’est au tour de François Hollande d’enfourcher le dada de la «politique de peuplement». Une autre façon pour le président de la République d’affirmer sa volonté de développer la «mixité sociale» dans les villes. Dans ce but, le chef de l’État entend imposer plusieurs mesures pour muscler la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain), qui oblige les villes de plus de 3500 habitants à avoir 25 % de HLM. «Nous devons faire en sorte que la loi SRU soit strictement appliquée, que des communes ne puissent pas s’en dégager, a-t-il indiqué. S’il le faut, les sanctions seront renforcées.» Les pénalités frappant les maires qui refusent de bâtir des HLM avaient déjà été quintuplées en 2013 par Cécile Duflot, alors ministre du Logement.

François Hollande souhaiterait aussi que l’implantation des logements sociaux soit décidée à l’échelle intercommunale et pas communale. Une façon d’éviter que des maires rétifs ne bloquent systématiquement les programmes de HLM. Et pour cause: «Entre 10.000 et 20.000 logements sociaux ne sortent pas de terre à cause de cette opposition», affirme Jean-Louis Dumont, président de l’USH (Union sociale pour l’habitat), qui fédère le monde HLM.

Enfin, les organismes de logement social sont dans le viseur du président de la République. «Les bailleurs sociaux seront mis devant leurs responsabilités. Trop de bailleurs sociaux s’arrangent pour que ce soit toujours dans les mêmes endroits qu’on mette les populations les plus difficiles», estime-t-il. Ainsi, à Vigneux-sur-Seine, une commune de l’Essonne, le maire UMP déplore l’attitude de la Siemp (Société immobilière d’économie mixte de la Ville de Paris), qui a plusieurs résidences HLM sur son territoire. «Cet organisme m’envoie une très grande majorité de familles africaines en difficulté comme si Paris voulait s’en débarrasser», affirme auFigaro Serge Poinsot, premier élu de la ville. Une affirmation que dément Ian Brossat, adjoint PC au maire de Paris, en charge du logement: «La plupart des ménages que nous envoyons sont fonctionnaires de la Ville de Paris donc français», rétorque-t-il.

Il n’empêche, au travers de ces propositions, c’est l’efficacité contestable de la loi SRU qui est pointée du doigt. Un échec constaté jusque dans la majorité par François Pupponi, maire PS de Sarcelles et président de l’Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine): «Les gens ne veulent pas se mélanger. La mixité sociale, tout le monde en parle, mais personne n’en veut pour soi», affirmait-il il y a quelques jours, ajoutant que «pour arriver à cette mixité sociale, il faudrait faire les attributions de logement social en tenant compte de l’origine des personnes.» Or, lors de sa conférence de presse, François Hollande a fermé la porte à toute statistique ethnique.

En somme, le président de la République veut réduire la fracture sociale entre métropoles et banlieues… avec un texte mal appliqué et peu efficace. Selon les derniers chiffres officiels datant de 2011, 330 communes sur les 770 concernées ne respectent pas la loi SRU. Le renforcement des sanctions suffira-t-il à mieux faire respecter cette loi? Rien n’est moins sûr car, aujourd’hui, les maires préfèrent payer la pénalité plutôt que d’affronter leurs concitoyens opposés à l’installation de HLM près de chez eux et de devoir financer la construction de tous les équipements (crèche, école, piscine…) liés à l’arrivée de nouveaux habitants.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.