Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

HLM : l'État rappelle à l'ordre les mauvais élèves de PACA

Le Figaro14/10/2015 à 18:25

Le ministre de la Ville se rendra vendredi en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, afin de sensibiliser au respect des quotas de logements sociaux. La région compte 88 communes qui ne respectent pas les 20 à 25% de HLM imposés.

Après la région parisienne, cap sur le sud de la France. Dans la matinée de vendredi, Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, se rendra dans deux villes de Provence-Alpes-Côte-d’Azur qui ne respectent pas la loi Solidarité et Renouvellement Urbains (SRU). «L’une où aucun effort de construction de logement social n’a été fourni ces dernières années ; l’autre, carencée également, mais où une démarche de rattrapage est engagée», détaille le gouvernement dans un communiqué, sans toutefois dévoiler l’identité de ces deux communes.

Quinze ans après son adoption, la loi SRU, qui impose 20 à 25% de logements sociaux dans les communes de France, peine encore à être respectée. La région Provence-Alpes-Côte-d’Azur compte à elle seule 88 villes carencées (soit près de 40% des 221 communes carencées toutes régions confondues). Par ce deuxième déplacement sur ce sujet, le ministre souhaite convaincre les maires de la nécessité de respecter la loi et de participer à la mixité indispensable à la cohésion nationale.

Ormesson-sur-Marne, symbole de la politique volontariste de l’État

Il y a moins d’un mois, le même ministre Patrick Kanner à Ormesson-sur-Marne, s’était rendu dans une commune de la région parisienne afin d’y préempter un terrain. Objectif: y construire 500 logements, dont 200 logements sociaux. Pourquoi Ormesson-sur-Marne? Parce que la ville de 10.000 habitants ne compte que 1,7% de logements sociaux, et ne respecte donc pas le seuil minimal de logements sociaux demandé par la loi SRU. Le jour même du déplacement, le président François Hollande n’avait pas caché qu’une «politique de préemption» des terrains «sera engagée» dans des communes qui ne respectent pas cette obligation.

«Dans ces villes carencées, c’est-à-dire où il n’y a pas assez de logements sociaux, les préfets pourront délivrer des permis de construire à la place des maires. D’autre part, ils auront le pouvoir de préempter des terrains constructibles, des immeubles de logements ou des appartements à vendre», expliquait au Figaro Thierry Repentin, délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat, en juin dernier. «Je ne suis pas un père Fouettard, je suis là pour faire respecter la loi», expliquait de son côté Patrick Kanner sur RTL juste avant son déplacement à Ormesson-sur-Marne.

Interrogé sur une éventuelle visite à Neuilly-sur-Seine, Patrick Kanner avait alors assuré que la ville faisait des efforts. Ce qui n’est pas le cas dans toutes les villes en Île-de-France... et en Provence-Alpes-Côte d’Azur, justement. La commune de Grasse n’a par exemple réalisé que 1% de ses objectifs sur la période 2011-2013. Les communes du Castellet (dans le Var), Cabanne, Graques, ou encore Jouques (Bouches-du-Rhône) n’ont même construit aucun logement social.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.