Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hausse de la TVA : Fillon s'oppose à Copé

Le Figaro01/02/2011 à 20:52
Le secrétaire général de l'UMP souhaite abaisser le coût du travail en France. Tant Christine Lagarde que François Fillon rejettent cette proposition.

Un second pavé dans la mare. A quinze mois de l'élection présidentielle, Jean-François Copé n'est pas en mal d'idées pour accroître la compétitivité de l'économie française. Après avoir lancé le débat sur la suppression des 35 heures, le secrétaire général de l'UMP se prononce cette fois, dans les colonnes du «Parisien - Aujourd'hui en France», pour une baisse des cotisations sociales et un relèvement de la TVA. «Les seuls qui cotisent sont les entreprises et ceux qui travaillent. Nous sommes le seul pays qui fait cela et cela plombe le coût du travail. Il faudrait donc baisser les cotisations sociales, qui ne sont payées que par quelques uns, et faire un transfert sur la TVA, qui est payée par tout le monde. Un point supplémentaire de TVA, ça se voit à peine. Il faut y réfléchir. Il y aura certes une augmentation, mais tout le monde sera gagnant au final», estime Jean-François Copé.

Pour le maire de Meaux, l'objectif de la suppression des 35 heures et du relèvement de la TVA est bien le même : doper la compétitivité de l'économie française dans un contexte de concurrence accrue, sur le modèle de nos voisins d'Outre-Rhin. «La France n'est pas une île. La crise économique nous commande de regarder ce qui se fait ailleurs, en Allemagne notamment», explique-t-il. Le coût du travail a en effet connu une inflexion à la baisse en Allemagne depuis 2004, à la suite des réformes Hartz qui ont allégé le filet de protection sociale. En 2007, l'Allemagne a également relevé son taux de TVA , de 16% à 19%. Un taux qui demeure cependant inférieur aux 19,6% pratiqués en France. Quant aux cotisations sociales, elles pèsent en effet moins lourd Outre-Rhin qu'en France pour les employeurs.

«Pas souhaitable en ce moment»

Pas sûr pour autant que les propositions formulées par le secrétaire général de l'UMP ne suscitent l'enthousiasme. Le gouvernement, déjà, s'était montré réticent à remettre sur la table le sujet sensible de la durée hebdomadaire du travail, après les assouplissements progressivement adoptés depuis 2002. «Les salariés y perdraient dans la minute sur leur fiche de paie», estimait en début d'année le ministre du Travail Xavier Bertrand. «Les 35 heures, uniformes et obligatoires, n'existent plus», avait renchérit Nicolas Sarkozy lors de ses voeux aux partenaires sociaux.

Quant au relèvement de la TVA, c'est Christine Lagarde qui s'y est, la première, montrée opposée. Ce mardi matin sur RTL, la ministre de l'Economie a jugé qu'une telle mesure n'était «certainement pas souhaitable en ce moment», alors que la croissance française demeure fragile, et portée, entre autres, par la consommation des ménages. «Une augmentation de la TVA entraînerait une augmentation immédiate du volume des prix alors qu'on n'aurait pas immédiatement une diminution des charges sociales», a-t-elle expliqué. Selon des parlementaires UMP cités par l'AFP, le premier ministre François Fillon serait également hostile à une telle hypothèse.

LIRE AUSSI :

» France-Allemagne : le match fiscal

» Copé : «On ne nous empêchera pas de débattre»

» Pour Parisot, le coût du travail est 23% plus élevé en France

» INFO A LA DEMANDE - La durée du travail en Europe


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.