Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Habillement: le froid n'a pas réchauffé les soldes

Le Figaro21/02/2017 à 14:18

VIDÉO - Malgré la baisse des températures, en principe favorable aux achats de grosses pièces, doudounes et manteaux en tête, les soldes n'ont pas été florissants. Les promotions, mais aussi les baisses de prix, pratiquées toute l'année par les enseignes les concurrencent de plus en plus.

«Coup de balais», «derniers jours», «-60%»... Malgré la multiplication des offres alléchantes affichées en vitrines, les enseignes de mode n'ont pas réussi à réchauffer les ventes. Et ce, en dépit du froid qui aurait pourtant dû aider à écouler plus de grosses pièces, doudounes et manteaux en tête. Malgré cela, les soldes d'hiver, qui se terminent ce mardi soir, n'ont, en particulier les dernières semaines, pas été une réussite. Même s'il est encore trop tôt pour un bilan chiffré précis, on sait déjà que janvier n'a pas été florissant: selon un bilan provisoire de l'Institut français de la mode (IFM), les ventes d'habillement ont en effet reculé de 6,7% le mois dernier par rapport à janvier 2016. Un déclin d'autant plus inquiétant qu'au contraire, janvier 2016 s'était inscrit en hausse de 1,3 %.

Sur les six semaines officielles de soldes, à cheval entre janvier et février, la fréquentation a été en baisse de 4,4 points par rapport à l'an dernier, selon un sondage Toluna. En moyenne, les Français ont dépensé 197,43 euros pour ces soldes, soit 6,8% de moins que l'an passé. Selon les consultants de Wavestone, le chiffre d'affaires des distributeurs aurait au moins cédé 2% après six semaines de rabais.

Une avalanche de promotions et prix bas

De fait, la multiplication des promotions, tout au long de l'année, ne peut que concurrencer ces soldes, les Français réduisant, crise oblige, de plus en plus les dépenses non indispensables. La mode, qui suppose plus que d'autres secteurs des achats d'impulsion, une envie de se faire plaisir, fait les frais de ces arbitrages budgétaires. Si, selon Toluna, les principaux articles achetés en soldes concernent l'habillement (71,9% des consommateurs), d'autres segments comme le sport (33,1%), l'hygiène-beauté (18,6%), la maison/déco (18,3%), la culture (16,2%) et le high-tech (14%) prennent d'ailleurs de l'importance.

Attirés par les promotions continues et de plus en plus sophistiquées, 43,8% des Français ont profité, justement, des promos qui avaient précédé les soldes. C'est bien plus qu'en 2016, où seulement 32,8% avaient profité des promotions avant les soldes.

Le calendrier n'a rien arrangé: le fait que les soldes aient débuté un 11 janvier cette année, soit une semaine plus tard que d'habitude, a d'autant plus incité les clients à acheter en promotions sans attendre. À tel point que «62% des commerçants estiment que les soldes ne représentent plus un événement incontournable», souligne-t-on à la Chambre de commerce et d'industrie de Paris.

Enfin, il n'y a pas que les promotions et autres offres privées qui ont concurrencé les soldes cette année. Les enseignes ont aussi totalement repensé leurs stratégies de prix de référence, faisant des efforts considérables pour les baisser. Mango, mais aussi Kiabi ou même Zara se sont particulièrement distingués à cet égard. Des enseignes plus récemment arrivées en France, comme le géant irlandais Primark, ont, en même temps, contribué à tirer encore plus vers le bas les prix que les Français sont disposés à payer leurs vêtements. Autant d'occasions d'acheter de la mode à petit prix, sans attendre les soldes.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.