Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Gros plan sur Kaec, la première ville cotée en Bourse au monde

Le Figaro21/07/2015 à 18:46

EN IMAGES - En Arabie Saoudite, les habitants de King Abdullah Economic City, une ville privée de 180 km² située au bord de la mer Rouge, n’ont pas à payer ni de taxe foncière ni de taxe d’habitation.

Il va falloir s’y préparer. En 2050, 70% de la population mondiale vivra dans les villes, soit 20% de plus qu’aujourd’hui. Plusieurs pays s’organisent pour faire sortir de terre de nouvelles villes, comme en Birmanie qui a désormais pour nouvelle capitale Naypyidaw. À plus de 5500 kilomètres de là, en Arabie Saoudite, c’est la ville de King Abdullah Economic City (Kaec), située au bord de la mer Rouge, qui est en construction depuis 2006. Outre le fait d’être une ville cent pour cent privée, elle a la particularité d’être la première ville au monde à être cotée en bourse!

D’une superficie de 180 kilomètres carrés, elle fera près du double de Manchester (Royaume-Uni) et presque la même taille que Washington DC, la capitale des États-Unis. King Abdullah Economic City qui accueille pour le moment seulement 4000 habitants, pourra en contenir deux millions d’ici à 2035. Pour construire cette nouvelle ville privée dans le désert, le gouvernement saoudien a signé avec le groupe immobilier dubaïote, Emaar Properties, un partenariat public-privé.

Le coût total de sa construction est estimé à plus de 100 milliards de dollars (92 milliards d’euros). Et dans le détail, la ville de Kaec est cotée à hauteur de 30% à la Bourse saoudienne depuis 2006. Le reste des parts est détenu par Emaar (30%) et d’autres grandes entreprises (40%).

L’administration de la ville gérée un PDG

Le territoire de King Abdullah Economic City est divisée en plusieurs zones: une zone résidentielle, une zone industrielle, un port et une marina. Mais jusqu’à présent, seuls 15% de la ville ont été développés et quatre-vingt dix kilomètres de routes sont en usage! Concernant le commerce, le port de Kaec a pour ambition d’occuper une place stratégique avec pas moins de 20 millions de conteneurs. «Nous visons à créer un des plus grands ports du monde», a déclaré Rayan Bukhari, gestionnaire du port au site anglais BBC News.

Dans cette ville nouvelle, ce qui paraît le plus surprenant, c’est l’absence totale de toute taxe foncière et de taxe d’habitation! Les habitants, tout comme les entreprises sont simplement assujettis à payer des «frais de services» pour la collecte des ordures, la sécurité, l’eau ou encore les loisirs. Le tout étant traité directement par des prestataires privés et non publics. À King Abdullah Economic City, ne cherchez pas non plus de municipalité! La-bàs ce n’est pas un maire qui administre la vie locale de la ville, mais le PDG d’Emaar Properties, Fahd Al-Rasheed. «Pour moi, diriger une ville est avant tout un rôle opérationnel, exécutif. Diriger comme un exécutif plutôt que comme politicien est en fait très bon pour la ville», déclarait-il au site .

Les autres exemples et le projet «Zee town» de Marc Zuckerberg

Si King Abdullah Economic City fait figure d’exception pour être cotée en bourse, elle n’est pourtant pas la seule ville privatisée de A à Z... Ainsi à Lavasa, située à 200 kilomètres au sud-est de Bombay, en Inde, tous les services sont gérer par des entreprises privées. Le seul hic: on y compte plus d’investisseurs que d’habitants. Tianjin Eco-city en Chine et Songdo en Corée du Sud sont également des villes en construction cent pour cent privées. Aux États-Unis, c’est une ville privée dédiée aux 10.000 employés de Facebook qui va bientôt sortir de terre! Située dans la baie de San Francisco, la ville imaginée par Mark Zuckerberg connue sous le nom de «Zee town» estimée à 200 milliards de dollars (184 millions d’euros), soit le double de King Abdullah Economic City...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.