1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Grenoble, Lille et Lyon offrent le meilleur cocktail logement et emploi
Le Figaro20/11/2018 à 11:42

INFOGRAPHIE - Dans ce baromètre annuel croisant les données sur les emplois disponibles en CDI et les surfaces auxquelles on peut prétendre dans diverses villes, Grenoble détrône Lille cette année.

Un tandem indissociable: une ville est attractive lorsqu'elle propose des emplois, encore faut-il pouvoir s'y loger confortablement. Partant de ce constat, le comparateur de crédits immobiliers Meilleurtaux et le site d'offres d'emploi Jobijoba ont construit un baromètre annuel croisant ces deux paramètres à travers la France. On y retrouve des données concernant la santé du marché du travail associées à des éléments de pouvoir d'achat immobilier (voir notre infographie). Résultat: pour sa deuxième édition, ce palmarès couronne Grenoble devant Lille, le champion de l'année dernière. Quant à la ville de Lyon, bien représentée dans tous les palmarès immobiliers cette année, elle occupe la troisième place du podium.

Entre hausse continue des prix de l'immobilier et légère baisse de l'emploi, le cocktail 2018 emploi-logement a un goût un peu plus amer que la version 2017.»Les prix de l'immobilier ont augmenté de 5,8 % en moyenne dans les 20 villes étudiées, passant de 3 069 euros/m² à 3 248 euros/m² et le nombre de mètres carrés accessibles baisse ainsi en moyenne de 7 %, note Maël Bernier de Meilleurtaux. De son côté, Thomas Allaire, PDG de Jobijoba, recense un recul de 5,7% des offres d'emplois disponibles tandis que le taux d'offres en CDI pour 100 habitants baisse de 6,75 % à 6,2 %.

Fièvre des prix à Lyon

Cela n'empêche pas Grenoble de tirer parfaitement son épingle du jeu. Grâce au dynamisme de l'emploi local (2e rang en France) et un pouvoir d'achat immobilier qui reste intéressant (59 m² accessibles, 8e position), la préfecture de l'Isère qui était deuxième de ce classement l'an passé laisse sa place à Lille, champion de la première édition. La capitale du Nord continue à séduire les foules, mais résultat de cet engouement, les prix immobiliers s'en ressentent et le pouvoir d'achat immobilier y a chuté de 57 m² accessibles l'an dernier à 49 m² actuellement. Une évolution qui pourrait aussi menacer Lyon. La capitale des Gaules est en effet la ville qui monte dans tous les classements immobiliers et elle décroche ici une belle 3e place. Elle n'occupe pourtant que le 17e rang sur 20 en matière de pouvoir d'achat immobilier et la situation ne va sans doute pas s'améliorer.

Dans ce classement, Le Mans est une double exception: c'est la plus petite ville du haut de ce palmarès et l'une des rares représentante bien classée de l'Ouest du pays. La préfecture de la Sarthe qui a gagné 6 places en un an grâce au bond de 10 m² du pouvoir d'achat immobilier, en revanche les emplois ne suivent pas pour l'instant et se hisse à la 4ème place au niveau national. De leur côté, Nantes, Rennes et Angers reculent au classement pénalisées par une baisse de l'emploi et une hausse de l'immobilier. Ce n'est pas le cas de Toulouse, 5e de ce classement, qui conserve un marché de l'emploi relativement stable même si les prix immobiliers y ont augmenté de manière sensible (perte de 11 m² accessibles, soit 51 m² cette année).

Bordeaux reste une ville dynamique mais est fortement impactée par ses prix la classant à une médiocre 11e place. À Paris, c'est évidemment pire encore: les prix prohibitifs de la pierre débouchant sur un pouvoir d'achat immobilier de seulement 22 m² cantonnent la capitale dans les tréfonds du palmarès malgré son dynamisme économique. À Saint-Étienne, la situation est diamétralement opposée: si les performances économiques sont en berne, c'est là que l'on peut se loger le plus confortablement: 108 m², record de la surface accessible.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer