1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Geoffroy Roux de Bézieux : «Et si nous mettions vraiment fin aux exceptions ?»
Le Parisien15/09/2019 à 09:41

Geoffroy Roux de Bézieux : «Et si nous mettions vraiment fin aux exceptions ?»

Geoffroy Roux de Bézieux Président du Medef« La France se distingue de ses voisins souvent pour le meilleur, mais aussi parfois pour le pire. Un exemple emblématique suffit à l'illustrer : un système redistributif qui limite les inégalités mais un taux de prélèvements obligatoires que personne n'envie. Notre système de retraite n'échappe pas à cette distinction. Un principe de répartition qui garantit justice sociale et solidarité mais un régime dont l'équilibre n'est plus assuré, suscitant la défiance des salariés comme des retraités. La réforme des retraites telle que voulue par Emmanuel Macron ne pourra être l'ultime réforme que si nous parvenons à mettre fin à quatre exceptions. C'est alors que nous pourrons véritablement parler de « mère des réformes ».La première exception, c'est l'idée que l'on peut s'affranchir de la réalité. L'allongement de l'espérance de vie, la réduction du nombre d'actifs pour payer les pensions des retraités ne peuvent être sans conséquence sur la viabilité même du système.De tous les pays qui nous entourent, la France est celui dans lequel les salariés peuvent partir le plus tôt. Cette exception est sur le point de tomber, le Premier ministre reconnaissant lui-même que l'idée de travailler plus longtemps n'est plus taboue. [...] Et encore moins pour les Français, qui travaillent d'ores et déjà aujourd'hui plus longtemps que l'âge légal pour bénéficier d'une meilleure pension. Et d'ajouter qu'ils ont déjà un peu tranché le débat.La deuxième, c'est ce relativisme si français à l'égard du déficit. Le Conseil d'orientation des retraites (COR) a beau dire que le régime sera significativement déficitaire en 2025, d'une bonne dizaine de milliards d'euros, beaucoup continuent à penser que ce n'est pas un problème, qu'il n'y a pas d'urgence, que c'est l'épaisseur du trait comparé aux 325 milliards de dépenses ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jean895
    16 septembre10:17

    si on ferme les robinets alimentant les caisses, c norma

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer