Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Gaz et électricité : le casse-tête des tarifs

Le Figaro29/11/2012 à 20:34
Avec les différentes décisions du Conseil d'Etat, l'imbroglio juridique autour des tarifs du gaz et de l'électricité se complique.
? Les tarifs du gaz vont-ils s'envoler au 1er janvier?

Révisés tous les trimestres, ils devraient peu bouger au 1er janvier prochain. L'application de la formule de calcul - basée sur les prix de marché de gaz - aboutit à une faible majoration, de l'ordre de 0,8 %.

Mais la décision du Conseil d'État publiée jeudi change la donne. La haute juridiction a remis en cause la façon dont le gouvernement avait arrêté les tarifs au 1er octobre dernier. L'État avait alors limité à 2 % la hausse du prix du gaz, alors qu'elle aurait dû être de 8 %. Un rattrapage tarifaire risque donc intervenir dès le 1er janvier. Ce ne serait pas une première: en juillet dernier, le Conseil avait déclaré illégal le gel des tarifs du gaz au 1er octobre 2011. À l'issue de cette décision, GDF Suez a annoncé un rattrapage lissé sur deux ans.

?EDF va-t-il rembourser les consommateurs?

Mercredi, le Conseil d'État a également jeté un pavé dans la mare d'EDF, en annulant le tarif d'acheminement de l'électricité (Turpe) sur la période 2009-2013. Un tarif qui rémunère le coût de distribution du courant, une mission assumée par ERDF, la filiale d'EDF, et qui pèse pour 46 % des factures des ménages.

Selon le syndicat des collectivités franciliennes Sipperec - qui a saisi avec succès le Conseil d'Etat -, ce Turpe aurait été largement surestimé sur la période 2009-2013, de l'ordre de 8,8 milliards d'euros selon Le Parisien qui calcule qu'EDF pourrait reverser 250 euros en moyenne aux particuliers - y compris ceux qui s'alimentent auprès d'un concurrent. Un chiffrage jugé sans fondement par l'opérateur historique, par sa filiale dédiée à la distribution ERDF et par la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

Le régulateur travaille actuellement à l'élaboration d'une nouvelle méthodologie de calcul des tarifs d'acheminement pour la période 2009-2013. «D'ici là, on ne peut tirer aucune conclusion chiffrée, qui serait complètement prématurée», avance-t-on dans l'entourage d'EDF. «S'il devait y avoir une compensation, elle devrait être intégrée à la fixation du tarif d'acheminement futur», ajoute un spécialiste du dossier.

? La formule de calcul des tarifs de l'énergie va-t-elle évoluer?

Pour le gaz, une nouvelle formule de calcul est à l'étude depuis ­plusieurs mois mais les travaux des différents acteurs (GDF Suez, ­gouvernement, régulateur) n'ont pas encore abouti. L'une des idées sous-jacentes consiste à diminuer la part des contrats d'approvi­sionnement à long terme dans le calcul de la formule, moins avantageux que les prix de marché. La ministre Delphine Batho prévoit de faire le point le 10 décembre sur ce dossier.

Pour l'électricité, le schéma traditionnel de fixation des tarifs repose sur une augmentation entérinée à la mi-août, proche du rythme de l'inflation. Mais là encore, une décision du Conseil d'État est venue récemment - en octobre - remettre tout l'édifice en question. La haute juridiction a jugé illégaux les tarifs bleu (particuliers), jaune et vert (collectivités et entreprises) d'EDF pour la période d'août 2009 à août 2010: en toile de fond, un manque de transparence quant aux critères présidant à l'application de ces tarifs.

Un réexamen de la grille tarifaire à cette période est actuellement à l'étude mais il est encore trop tôt pour savoir s'il entraînera un remboursement pour le consommateur. En attendant, le Parlement étudie actuellement la proposition de loi du président de la commission des affaires économiques, François Brottes, sur un système de tarification progressive de l'énergie - établie en fonction de la consommation, du type de chauffage et de l'implantation géographique. Le Conseil d'État, toujours lui, doit examiner si les résidences secondaires entrent ou pas dans le cadre de ce dispositif.

? La politique tarifaire de l'énergie se joue-t-elle au Conseil d'État?

«Une judiciarisation excessive»: certains observateurs regrettent ostensiblement l'irruption désormais quasi-systématique du Conseil d'État dans les problématiques tarifaires de l'énergie. Pour d'autres, au contraire, le phénomène est inévitable: «Non seulement les mécanismes sont tellement complexes qu'ils prêtent le flanc à la contestation mais, surtout, à force de vouloir fixer les prix de l'énergie en fonction de considérations politiques, les pouvoirs publics récoltent la tempête sur ce dossier.»

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.