Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fruits : des alertes mais pas de catastrophes

Le Figaro11/07/2012 à 20:58
Une année déroutante pour les producteurs, mais il est encore trop tôt pour tirer un bilan.

Heureusement que la France est coupée en deux. À défaut d'avoir du soleil, les habitants du nord ou de l'ouest peuvent, pour le moment, se consoler avec des fruits de saison qui arrivent à maturité sans trop de difficulté dans le sud du pays.

Les agriculteurs doivent néanmoins avoir le cœur bien accroché. «C'est une année déroutante qui a commencé l'automne dernier», raconte Jean-Marc Audergon, ingénieur de recherche à l'Inra d'Avignon. Les températures anormalement élevées sur toute la France ont fait craindre aux agriculteurs qu'il n'y ait pas d'hiver. «Les techniciens recommandaient de ne pas trop tailler les arbres.» Et puis le froid est arrivé. Les arbres ont été taillés et, au printemps, «la floraison s'est globalement bien passée», poursuit Jean-Marc Audergon.

Sirop et confiture

Les fruits les plus précoces sont arrivés à maturité normalement. Il y a eu un épisode chaotique avec les cerises et quelques petits soucis de qualité pour les melons. Avec le retour de la chaleur dans le Sud les pêches et les abricots ont fait un démarrage en fanfare. Patatras, des trombes d'eau se sont abattues ces deux dernières semaines. Il est tombé 60 litres d'eau au m² dans la vallée du Rhône et presque autant aux alentours... Les fruits sont alors moins sucrés, ils s'abîment et cela suppose bien souvent que les agriculteurs augmentent les doses de pesticides.

Certains arboriculteurs sont parfois obligés de vendre leur production sur un marché secondaire. «Il y a eu du retrait la semaine dernière. Les pêches et les abricots ont été vendus pour faire du sirop, de la confiture.» Un système qui représente un important manque à gagner: les fruits de catégorie 1 vendus environ un euro le kilo tombent à 8 centimes d'euro lorsqu'ils sont déclassés...

Depuis, fort heureusement, le soleil est revenu. «Pour le moment cela se passe plutôt bien», estime Jean-Marc Audergon, même s'il est encore trop tôt pour tirer un bilan de la saison

LIRE AUSSI:

» Timide début de saison pour le melon

» La météo plombe les ventes de glaces et d'eaux gazeuses

» La France a perdu 20% de ses vergers en dix ans

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.