1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hollande réaffirme sa volonté de réformer l'assurance vie
Le Figaro17/05/2013 à 15:05

Le chef de l'État veut que le placement préféré des Français serve davantage les entreprises. Des pistes ont déjà été évoquées dans le rapport Berger-Lefebvre. Mais les assureurs restent sceptiques.

François Hollande persiste et signe. Le président de la République a réaffirmé jeudi sa volonté de réformer l'assurance vie, un souhait qu'il avait déjà exprimé lors de la campagne électorale. Il estime que le placement préféré des Français et ses avantages fiscaux doivent être davantage mis au service de l'investissement productif. En clair, cette épargne doit s'orienter davantage vers les fonds propres des entreprises, c'est-à-dire les actions. Aujourd'hui, elle est placée pour l'essentiel en obligations, à plus de 30 % sur les emprunts d'État des pays de l'OCDE, et à 36 % sur les obligations d'entreprise, selon les dernières statistiques de la FFSA (Fédération française des sociétés d'assurance). Les actions ne représentent que 16 % des investissements.

Le rapport sur l'épargne longue, publié par Karine Berger et Dominique Lefebvre début avril, envisage deux pistes pour corriger le tir. La première? Développer un nouveau genre de fonds en euros, baptisé Euro-Croissance. Il permettrait aux assureurs de prendre plus de risques en Bourse, car au lieu d'offrir aux souscripteurs une garantie en capital à tout moment, ils ne l'accorderaient qu'à une date fixée à l'avance, par exemple après 8 ans. Seconde piste: imposer de nouvelles contraintes aux ménages qui détiennent plus de 500.000 euros en assurance-vie. Ils ne bénéficieraient de sa fiscalité privilégiée qu'à condition d'investir dans les contrats Euro-Croissance ou des contrats dotés de compartiments dédiés à l'investissement dans les PME, dans les entreprises sociales ou dans le logement intermédiaire.

Les ménages aisés continueront-ils à investir?

Mais ces mesures suscitent un certain scepticisme chez les assureurs. «Le fonds Euro-Croissance ne correspond pas aux attentes des assurés» estime Eric Le Baron, directeur général de SwissLife France. Dans les rares établissements qui ont déjà testé le concept (sous le nom de fonds euro diversifié), comme BNP Paribas Cardif, les souscriptions restent d'ailleurs limitées. Surtout, certains professionnels craignent que les contribuables qui dépassent le seuil des 500.000 euros... cessent simplement d'investir en assurance vie, plutôt que d'accepter de faire prendre des risques à leur épargne.

Pourtant, les épargnants sont inquiets de la chute des rendements des fonds en euros classiques. Avec le rebond des bourses ces derniers mois, certains pourraient aussi décider d'eux mêmes que le temps est venu de redonner de la place aux actions dans leurs contrats. «Clairement, aujourd'hui, il y a mieux à faire que d'investir seulement sur le fonds en euros. En plaçant 40 % à 50 % de son épargne sur des sicav diversifiées, il est possible d'obtenir de meilleures performances avec un risque limité» conseille Eric Le Baron. La réforme de l'assurance vie pourrait dans ce cas être moins pénalisante que redouté.... à condition que les contraintes imposées aux contribuables ne soient pas trop lourdes.

Ces derniers mois, la collecte des assureurs sur les sicav et FCP boursiers qu'ils proposent dans leurs contrats a d'ailleurs été meilleure que prévue, grâce à un effet fiscal inattendu. Puisque la fiscalité sur les comptes titres a été durci, certains contribuables cèdent les actions ou les sicav qu'ils détenaient sur ces supports.... pour réinvestir en assurance vie. Une aubaine pour les compagnies d'assurance, mais qui n'aura qu'un temps. Jeudi, François Hollande a aussi fait le vœu de réviser l'imposition des plus-values mobilières, là encore pour encourager l'investissement productif.

48 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • stefdura
    30 mai19:38

    Hollande veut orienter les placements des Français vers les entreprises ?Mais lui ne déclare pas un centime de son patrimoine dans une entreprise. Tout en immobilier, appartements et résidences secondaires.Faites ce que je dis pas ce que je fais. Quelle honte

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer