Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France: la consommation des ménages se maintient mais sans dynamisme

RelaxNews 28/12/2012 à 19:18

Monkey Business Images/shutterstock.com

(AFP) - La consommation des ménages français s'est maintenue ces derniers mois, rebondissant légèrement au mois de novembre mais ne devrait pas retrouver rapidement le dynamisme nécessaire pour relancer la croissance atone de l'Hexagone, selon les experts.

D'après les données publiées vendredi par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), la consommation a augmenté de 0,2% en novembre, notamment en raison d'une progression des dépenses en énergie.

L'institut a dans la foulée annoncé avoir revu à la hausse ses chiffres pour les deux mois précédents, montrant une tenue de la consommation un peu meilleure qu'annoncé initialement.

"L'évolution de la consommation en biens est maintenant estimée à +0,1% en septembre", contre stable précédemment, "et à -0,1% en octobre, au lieu de -0,2% précédemment".

"Depuis septembre, on a trois mois où la consommation est globalement stable", résume Dominique Barbet, économiste chez BNP Paribas selon lequel "on ne retrouve pas d'impacts trop négatifs" du moral "excessivement" bas des Français.

Toutefois "il ne faut pas s'enthousiasmer à l'excès", modère-t-il.

Ainsi, dans le détail, "il y a assez peu de changement", ajoute M. Barbet, relevant que "les ventes de vêtements restent globalement assez déprimées".

Le secteur du textile, habillement et cuir a de fait continué de baisser en novembre de 0,8% (après -1,0% le mois précédent).

De même, les dépenses en biens durables ont reculé de 0,6% en novembre après une hausse de 0,9% en octobre, "en raison principalement d'un repli des dépenses en automobiles" (-0,9% après une hausse de 1,1% en octobre), selon l'Insee.

L'alimentation n'est pas épargnée, la baisse entamée en août se poursuivant durant le mois (-0,5% comme en octobre).

Seules la consommation en énergie ainsi que celle des biens fabriqués (bricolage, quincaillerie) tirent leur épingle du jeu.

Après une stabilité en octobre, les dépenses en énergie ont rebondi en novembre de 2,7%, indique l'institut des statistiques expliquant que la consommation de gaz, électricité, fioul pour le chauffage a été "stimulée par des températures légèrement en-dessous des normales saisonnières dans la moitié nord du pays" alors que simultanément les dépenses en gazole se sont accélérées.

Pour Henri Sterdyniak, de l'Observatoire français des conjonctures économiques, s'il y a "des petits chocs liés aux prix de l'énergie, aux températures", la consommation reste au final "atone".

Par ailleurs, les chances d'amélioration restent faibles, selon lui, alors que le nombre de chômeurs (3,13 millions) ne cesse d'augmenter depuis 19 mois se rapprochant du record historique de janvier 1997 et que la croissance au troisième trimestre a été révisée à la baisse vendredi par l'Insee, à 0,1% contre une précédente estimation de 0,2%.

Dans ce contexte difficile, M. Sterdyniak relève de plus que les revenus des ménages sont plutôt en train de baisser, sans gain de pouvoir d'achat ces dernières années.

L'affaiblissement du pouvoir d'achat a poussé les Français à s'adapter et changer de comportements, souligne Dominique Barbet.

Dans le textile et l'alimentation, "les gens ont tendance à baisser en gamme", relève-t-il ainsi.

Et si la consommation française fait preuve d'une bonne résilience comparée à ses voisins européens grâce notamment à une démographie favorable et un système de protection sociale qui permet de lisser les à-coups, elle devrait continuer à stagner, selon ce dernier.

Surtout, elle ne sera pas à même de servir de "moteur" pour la croissance de l'Hexagone dans les mois à venir, explique M. Sterdyniak énumérant les menaces planant sur la consommation dont la hausse prévue de la TVA, l'augmentation du chômage ou encore les menaces sur le pouvoir d'achat des retraites.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.