Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Allemagne: les tricolores remportent le match immobilier

Le Figaro06/07/2016 à 19:01

Un match de football à enjeu peut en cacher d’autres. Si le résultat de ce soir est encore incertain, Le Figaro Immobilier peut vous assurer d’une chose : à la fin du match de l’immobilier, c’est la France qui gagne.

Vous l’aviez probablement remarqué. Au Figaro Immobilier, nous aimons profiter de l’actualité pour rebondir sur des sujets un peu décalés, inattendus, auxquels vous n’auriez vraisemblablement pas pensé... Cela tombe bien, nous non plus. Exemples: grâce à l’Euro 2016 et les matches de l’équipe de France, vous avez eu le loisir de découvrir - ou redécouvrir peut-être, pour certains d’entre vous - tour à tour les manoirs et les vieilles pierres typiques de l’Irlande, puis les petites maisons sous les prairies vertes, qui font la couleur locale de l’Islande. Pour France/Roumanie, nous vous avions même fait visiter la villa des Ceaucescu! Le football peut donc nous faire découvrir autre chose que les stades.

À ce niveau très avancé de la compétition - pour ceux qui n’auraient pas ou peu suivi, la demi-finale Allemagne/France se joue ce soir - nous avons donc décidé de jouer le jeu. Et de vous proposer le match immobilier de nos deux pays, grâce à des chiffres essentiels concernant le marché de l’immobilier, les prix, le logement, et la population, tirés d’une récente étude du Crédit Foncier. Que le meilleur gagne.

• La France des propriétaires, l’Allemagne des locataires. Cette première différence est connue de tous! Mais voici les chiffres qui le prouve. La France compte 65% de propriétaires, et l’Allemagne... seulement 53%. C’est donc une nette victoire, qui va encore plus loin: 34% des propriétaires français n’ont ni hypothèque, ni prêt en cours... contre 26% des allemands. Précisons néanmoins que depuis deux ou trois ans, le marché immobilier allemand se réveille, et les transactions augmentent.

• Les logements français, plus écolos que les logements allemands. Ce sont des termes que vous connaissez tous. Écologie, respect de l’environnement, économie d’énergie... pour une planète plus verte. Et surtout pour un logement plus vert! Ici aussi, les Français sont meilleurs élèves que les allemands. Voyez plutôt: nos compatriotes ont vu l’efficacité énergétique de leurs logements progresser de 24% entre 2000 et 2013, contre seulement 21% d’amélioration pour nos voisins allemands. Certes, l’étude ne précise pas le niveau de départ dans chacun des deux pays, mais restons chauvin c’est une victoire sans bavure. Une économie d’énergie qui va pouvoir être réutilisée sur le terrain!

• Flambée des prix de l’immobilier en France... mais limitée en Allemagne. C’est un bon point Allemand. Que ce soit sur le marché du neuf ou de l’ancien, les prix de l’immobilier ont très largement augmenté durant ces dernières années. Entre 2003 et 2015, le prix des logements a augmenté 50% en France, contre seulement 27% en Allemagne. Le marché français a même connu un pic à +60% en 2011! C’est donc l’Allemagne qui sort vainqueur du match de la modération des prix.

• Les Français, plus rapides pour rembourser leurs crédits immobiliers. Tantôt dix ans, tantôt vingt ans. Il faut un certain nombre d’année pour rembourser un emprunt immobilier. En France, comme en Allemagne. Au petit jeu de savoir qui rembourse le plus vite, ce sont les Français qui sont vainqueurs: ils mettent en moyenne 19 ans à rembourser leur crédit immobilier... contre 25 ans chez nos voisins d’outre Rhin!

• Puisqu’il fallait bien un ex-aequo... Quel est celui de nos deux pays qui comporte le plus de Tanguy? Aucun! Selon l’étude du Crédit Foncier, les jeunes allemands quittent le logement familial au même âge que les jeunes français: 24 ans! S’il y a néanmoins des Tanguy dans chaque pays, il y a aussi l’extrême inverse. Le chouchou du public français Antoine Griezmann par exemple! Pour sa part, il a quitté le cocon familial à seulement 13 ans...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.