Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fiscalité de l'épargne : la France plus mauvais élève d'Europe

Le Figaro14/10/2016 à 18:19

Selon un rapport de l'Association française des marchés financiers (Amafi), la taxation des revenus de l'épargne est particulièrement élevée et complexe dans l'Hexagone, ce qui pénalise le financement des entreprises.

Les épargnants français qui investissent dans des entreprises sont les plus taxés d'Europe. Selon le baromètre 2016 de l'Association française des marchés financiers (Amafi), les dividendes y sont taxés à hauteur de 40% et les plus-values à 60%, quand ces taux ne dépassent pas, chez la plupart de nos voisins, les 30%. «Même dans les pays du nord de l'Europe, caractérisés par leurs taux élevés de prélèvements, le taux de taxation de l'épargne (revenus ou plus-values) plafonne à 27 % pour la Norvège ou à 30 % pour la Suède, déplore l'association. La situation française est extrêmement préoccupante et atypique».

La fiscalité de l'épargne se caractérise en France par la coexistence de plusieurs «étages» de taxation: à l'imposition des revenus des capitaux mobiliers, très progressive (elle va de 0% à plus de 60%), s'ajoutent des prélèvements sociaux proportionnels, et parfois l'impôt sur la fortune (ISF), également progressif. Au total, la facture peut devenir confiscatoire au sens propre du terme, c'est-à-dire excéder 100% des revenus du capital engrangés!

Les placements les moins risqués - les livrets A, les autres livrets réglementés et dans certains cas l'assurance-vie - sont les moins taxés, quand la détention directe d'actions et d'obligations reste la forme d'épargne la plus lourdement asujettie à l'impôt. Les mesures fiscales prises depuis le début du quinquennat de François Hollande, pénalisant les revenus du capital, ont encore accentué cette tendance. Cerise sur le gâteau, la fiscalité de l'épargne est en effet caractérisée par une grande instabilité qui achève de décourager les investisseurs.

«Une culture de l'épargne sans risque»

Ce profil fiscal incite en effet peu les épargnants à prendre des risques et à irriguer l'économie de leurs économies. «Les Français ont acquis une vraie culture de l'épargne sans risque dont l'origine est sans nul doute la structure de la fiscalité de l'épargne qui décourage fortement la détention de valeurs mobilières», déplore l'association. Sur 4,4 milliards d'euros d'encours au 4e trimestre, à peine plus d'un milliard d'euros, soit 22%, sont en effet investi en actions cotées ou non cotées.

Ce fléchage de l'épargne nuit au financement de l'économie. Selon les calculs de l'association, une entreprise doit en France produire un résultat brut de 230 pour espérer servir un revenu net de 100 à son actionnaire. C'est 15% de moins en Allemagne et 20% de moins au Royaume-Uni. La tendance s'est légèrement améliorée en 2016, grâce à la suppression de la contribution exceptionnelle de l'impôt sur les sociétés et à une réforme votée au Royaume-Uni allant en sens inverse. Une évolution encore largement insuffisante pour l'association, qui plaide pour l'adoption d'un prélèvement forfaitaire libératoire unique, comme dans la plupart des autres pays européens.

Fiscalité de l'assurance-vie: la vidéo d'Eric Roig de Droit-Finances.net

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.