Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fiscalité : ce qui change cette année

Le Figaro26/01/2015 à 14:59

VIDÉO - La loi de finances 2015 introduit plusieurs exonérations et assouplissements fiscaux pour les propriétaires et investisseurs immobiliers. Les résidences, elles, voient leur taxe d’habitation augmenter.

La loi de finances pour 2015 a introduit de nombreux changements en matière de fiscalité immobilière, le gouvernement souhaitant soutenir le secteur. Certaines mesures pénalisent les particuliers, mais beaucoup d’autres leur sont favorables. Le régime Pinel pour l’investissement locatif est ainsi plus souple que la loi Duflot. Certains craignaient que les propriétaires ne puissent pas louer le logement à leurs enfants tout en conservant l’avantage fiscal. Bonne surprise, ils pourront le faire si ces derniers ne sont plus rattachés à leur foyer fiscal. Les investisseurs pourront aussi louer à leurs parents. Finalement, les parlementaires n’ont pas modifié cette nouvelle version du dispositif Duflot, annoncée fin août par Manuel Valls.

Les particuliers peuvent ainsi opter pour trois durées d’investissement, de six, neuf ou douze ans. La réduction d’impôts est alors de 12, 18 ou 21 %. Mais l’investisseur peut, après une première période d’engagement, continuer à louer son bien pendant trois années de plus. Ces nouvelles souplesses semblent séduire les investisseurs. Mais, même si la loi est entrée en vigueur le 1er septembre, ces derniers ont sagement attendu qu’elle soit votée avant d’investir.

Depuis le 1er janvier, les propriétaires d’un terrain à bâtir sont aussi exonérés d’impôt sur les plus-values de cession après 22 ans de détention et de prélèvements sociaux au-delà de 30 ans, comme c’est déjà le cas pour les autres biens immobiliers. De plus, jusqu’à la fin de l’année, les propriétaires bénéficient d’un abattement exceptionnel de 30 % sur les plus-values. Mais ces mesures s’accompagnent d’une explosion des impôts locaux. Depuis le 1er janvier, la taxe foncière des terrains à bâtir situés dans une zone tendue est majorée de 25 %, à quoi s’ajoute une taxe forfaitaire en hausse de 5 €/m2 (elle passera à 10 €/m2 à partir de 2017).

Les Français sont également incités à faire une donation d’un logement neuf à un membre de leur famille. Chaque parent peut ainsi donner jusqu’à 100.000 € au total à ses enfants ou à ses propres parents sans payer de droits de donation. Il est aussi possible de donner jusqu’à 45.000 € à un frère ou une sœur et 35.000 € à toute autre personne. Le donateur devra au préalable acheter l’appartement ou la maison neuve (dont le permis de construire a été établi entre septembre 2014 et fin 2016) qu’il souhaite donner. Les abattements s’appliquent aussi aux donations de terrains à bâtir, à condition qu’un logement soit construit dans les quatre ans. «Ces abattements temporaires sont cumulables avec ceux actuellement applicables aux donations classiques, plafonnés à 100.000 € par donateur», précisent les notaires. Moins bien traités, les propriétaires d’une résidence secondaire située dans les zones où la demande de logements est supérieure à l’offre verront leur taxe d’habitation augmenter de 20 %.

VIDÉO - Comment investir dans l’immobilier pour profiter de l’attractivité fiscale?

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.