1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Finances personnelles: ce qu'il faut retenir cette semaine
Le Particulier22/11/2019 à 08:09

Ce qu'il faut savoir cette semaine pour vos finances personnelles ( Crédits : Pixabay)

Si vous avez déclaré vos revenus sur internet, vous avez jusqu'au 17 décembre pour corriger d'éventuels oublis ou erreurs. L'épargne retraite évolue mais reste complexe, apprenez à vous y retrouver. Variable selon les régions, le prix du mètre carré de terrain à bâtir a augmenté en fonction de critères intéressants à connaître. Les maires pourraient bel et bien avoir le pouvoir d'infliger des amendes en cas d'incivilités, sachez-en plus. Si un assureur se montre réticent quant aux investissements sur le fond en euros d'un contrat d'assurance vie, ne vous laissez pas impressionner et sachez qu'il existe des assureurs mutualistes prêts à vous accueillir. Pour réparer une inégalité existante, le montant maximum du Complément de libre choix du mode de garde (CMG) a été augmenté de 30 % pour les familles dont l'un des enfants est en situation de handicap. Enfin, en tant qu'acquéreur d'un bien vendu en l'état futur d'achèvement (Véfa), vous pouvez vous réserver la possibilité d'exécuter certains travaux, mais il est bon de savoir lesquels.

Il est possible de corriger sa déclaration de revenus jusqu'au 17 décembre

En cas d'erreur ou d'oubli (demi-part oubliée, pension alimentaire non reportée ou don non déduit...) sur leur déclaration d'impôt sur les revenus perçus en 2019, faite sur internet, les contribuables peuvent modifier les sommes déclarées avant le 17 décembre 2019. Pour accéder au service de modification, le télédéclarant doit s'authentifier sur le site internet des impôts, en saisissant son numéro fiscal et son mot de passe. Depuis la page «mes services», il doit ensuite cliquer sur le lien «corriger ma déclaration en ligne» afin d'effectuer ses rectifications. Ce service permet de modifier la quasi-totalité des informations déclarées en ligne ou depuis un smartphone et notamment celles relatives aux revenus et aux personnes à charge, mais également à la contribution à l'audiovisuel public. Il est également possible de corriger les éléments relatifs à l'IFI. En revanche, il faut passer par un autre outil pour corriger les erreurs portant sur sa situation de famille (mariage, divorce, pacs...). Le contribuable doit ainsi utiliser le service de messagerie sécurisée dans la rubrique «Nous contacter > Ma messagerie sécurisée». Pour un changement d'adresse, il faut utiliser le service «signaler un changement d'adresse» dans la rubrique «Gérer mon profil».

L'épargne retraite en pleine mutation

Depuis le 1er octobre, les personnes qui souhaitent mettre de l'argent de côté pour préparer leur retraite disposent d'une nouvelle enveloppe fiscale à leur disposition: le plan d'épargne retrait (PER). Ses atouts majeurs sont de permettre à l'épargnant de déduire les sommes investies de ses revenus imposables et de l'autoriser à récupérer son épargne sous forme de capital au moment de la retraite. Si l'argent placé sur un PER est bloqué jusqu'à la retraite, il reste néanmoins possible de le récupérer avant pour pouvoir acheter sa résidence principale ou en cas d'accident de la vie (invalidité, surendettement...). Mais les nouveaux Plans d'épargne retraite sont bien plus complexes qu'ils n'en ont l'air. Il faut distinguer les PER individuels qui remplacent les Plans d'épargne retraite populaire (Perp, réservés aux salariés) et les contrats Madelin (pour les travailleurs non salariés) dont la commercialisation cessera le 1er octobre 2020. À leur côté figurent les PER collectifs, successeurs de Plans d'épargne pour la retraite collectifs (Perco), et les PER obligatoires, remplaçants des contrats dits «article 83». De plus, certains PER prennent la forme de contrats d'assurance (avec la présence de fonds en euros), tandis que d'autres celle de comptes-titres. Ces derniers seront allégés en frais, mais leur fiscalité sur la transmission sera moins favorable.

Hausse de 1,7 % sur le prix des terrains à bâtir

Le prix moyen du mètre carré de terrain à bâtir est reparti à la hausse en 2018 pour atteindre 87 €. Cependant, les tarifs s'échelonnent de 54 €/ m² en zone rurale à 325 €/m² en agglomération parisienne. Cela s'explique par le fait que la part des terrains achetés en zone rurale diminue au profit des achats de terrains situés en ville, plus petits et plus chers. La catégorie socioprofessionnelle a également une forte incidence sur les prix. Tandis que les agriculteurs ont acheté leur terrain 49 €/m² en moyenne les cadres et professions intellectuelles supérieures l'acquièrent pour 111 € le m². En outre, la surface des terrains achetés a progressé passant de 920 m² en 2017 à 934 m² en 2018. De ce fait, le prix du terrain a progressé de 1,5 % pour atteindre 81 000 €, ce qui représente un tiers du coût total de l'investissement (maison et terrain). 90 % des ménages ayant reçu l'autorisation de construire une maison individuelle veulent en faire leur résidence principale. Désormais, la surface moyenne des maisons individuelles est de 114 m² dans le cas d'un constructeur et de 147 m² en cas de recours à un architecte (obligatoire pour les constructions excédant 150 m²). Enfin, un système de chauffage utilisant des énergies renouvelables équipe 34 % des constructions neuves.

En cas d'incivilités, des amendes pourraient être infligées directement par le maire

Une disposition du projet de loi «Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique» prévoit que le maire puisse infliger une amende administrative allant jusqu'à 500 € en cas de manquement (ayant un caractère répétitif ou continu) à un arrêté municipal visant à prévenir un risque pour la sécurité des personnes. Il peut s'agir du dépôt sauvage de déchets pouvant bloquer la voie publique, de l'occupation à titre privatif du domaine public excédant le droit d'usage appartenant à tous (ce qui constitue une entrave de la voie publique), mais aussi du non-respect des règles d'élagage des arbres ou des haies ainsi que des nuisances sonores. Actuellement, lorsque ces manquements sont constatés, le maire ne dispose que du pouvoir de signaler les faits au procureur de la République afin qu'il engage des poursuites pénales, avec une amende de 1 500 € maximum à la clef. Bientôt, si le contrevenant ne prend pas les mesures nécessaires pour faire cesser le manquement dans un délai de 15 jours, il sera mis en demeure de s'exécuter dans un nouveau délai qui ne peut être inférieur à 15 jours. À défaut d'exécution des mesures prescrites, le maire pourra alors prononcer l'amende administrative de 500 € qui bénéficiera à la commune.

Restrictions à prévoir sur les fonds en euros

Fin de la négociation possible des frais d'entrée, contraintes d'investissement en unités de compte ou refus pur et simple d'accueillir toute nouvelle collecte... Certains assureurs (Allianz, AXA, Generali...) sont désormais prêts à tout pour dissuader les épargnants d'investir dans le fonds en euros de leurs contrats d'assurance vie. À leur décharge, le contexte économique (les États empruntent à des taux nuls, voire négatifs) ne leur permet plus de placer dans des conditions satisfaisantes les sommes nouvellement collectées. Mais pour certains courtiers comme LinXea, cette charge agressive serait uniquement une posture car le fonds en euros demeure la pierre angulaire de l'assurance vie. Plusieurs acteurs du monde mutualiste ou associatif ne comptent d'ailleurs pas suivre cette tendance qui devrait s'accompagner d'une baisse des rendements servis l'an prochain. Ainsi, le directeur général de la Mutuelle Garance, dont le fonds en euros a rapporté 3,10 % en 2018, affirme que ces annonces ne modifieront pas, ou peu, la politique de rémunération de l'assureur mutualiste.

Les parents d'enfants handicapés bénéficient d'un coup de pouce financier

Être parent d'un enfant handicapé demande plus de disponibilité et contraint parfois à embaucher du personnel. Afin d'alléger le coût de cette dépense, le montant du complément de libre choix du mode de garde (CMG), dispositif de la Paje (Prestation d'Accueil du Jeune Enfant), a été revalorisé de 30 % au 1er novembre 2019 pour les familles dont l'un des enfants bénéficie de «l'allocation d'éducation de l'enfant handicapé». Auparavant, le montant du CMG était divisé par deux dès que l'enfant atteignait l'âge de 3 ans. Ainsi, les familles dont l'enfant était né entre le 1er janvier et la rentrée scolaire voyaient le montant de leur aide baissé de moitié alors que leur enfant n'était pas encore entré en maternelle. À l'inverse, il n'était pas diminué pour les foyers dont l'enfant était né entre la rentrée scolaire et le 31 décembre. Pour mettre un terme à cette inégalité de traitement, la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019 prolonge, à partir du 1er janvier 2020, le versement à taux plein du CMG jusqu'à la rentrée en maternelle de l'enfant. Cette réforme concerne toutes les familles percevant cette aide.

VEFA: l'acquéreur peut faire lui-même certains travaux

L'acheteur d'un appartement vendu en l'état futur d'achèvement (Véfa) peut désormais se réserver, au stade du contrat préliminaire et en accord avec le vendeur, l'exécution des finitions et l'installation du chauffage ou des sanitaires. Attendue depuis plusieurs mois, la liste des opérations concernées ainsi que leurs caractéristiques vient d'être fixée. Il s'agit de l'installation des équipements sanitaires de la cuisine, de la salle de bains ou cabinet d'aisance et, le cas échéant, du mobilier pouvant les accueillir. Sont également concernés la pose de carrelage mural, le revêtement du sol (de l'isolation) et l'équipement en convecteurs électriques. En revanche, les travaux portant sur les entrées d'air, sur une installation d'alimentation en eau potable ou d'évacuation des eaux usées sont exclus. Les opérations doivent être sans incidence sur les éléments de structure ou conduire à la modification ou au déplacement du tableau électrique du logement. Ils ne doivent pas nécessiter d'intervention sur les chutes d'eau, sur les alimentations en fluide et sur les réseaux aérauliques situés à l'intérieur des gaines techniques appartenant aux parties communes du bâtiment.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer