Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Feu vert du Conseil d'État à une hausse du prix du gaz

Le Figaro28/11/2011 à 17:40
Les juges administratifs ont donné raison aux fournisseurs de gaz concurrents de GDF Suez qui les avaient saisis en référé.

Le Conseil d'État a suspendu l'exécution de l'arrêté du 29 septembre dernier sur les tarifs de la vente de gaz naturel, a annoncé l'institution ce lundi. Les tarifs du gaz constituent décidément un vrai casse-tête pour le gouvernement. Décréter des hausses de l'ordre de 4 ou 5% par trimestre est délicat à six mois d'une élection présidentielle, a fortiori en période de crise. Aussi le gouvernement avait-t-il décidé par un arrêté ministériel du 29 septembre dernier, de geler les tarifs pour les particuliers. Cette stabilité des prix suivait celle décidée le 1er juillet.

«Le ministre chargé de l'Énergie prépare actuellement un nouvel arrêté tarifaire qui sera conforme à la décision du Conseil d'État», a réagi lundi en fin d'après-midi le cabinet d'Éric Besson dans un communiqué. En clair: les tarifs vont augmenter.

Après force négociations, l'État et les fournisseurs s'étaient mis d'accord, en décembre 2010, sur une formule de calcul, qui devait mettre fin aux critiques sur le caractère politique des réévaluations périodiques des tarifs du gaz. Cette formule, qui prend en compte les prix des contrats d'achat de gaz à long terme, eux-mêmes en partie greffés sur le cours du pétrole, devait permettre aux fournisseurs de couvrir leurs coûts d'approvisionnement.

Phénomène de «ciseau tarifaire»

L'application mécanique de cette formule de calcul aurait dû conduire à une hausse des tarifs au 1er octobre. De 8,8 à 10% en fonction des catégories de tarif, selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Ce que souhaitaient évidemment les fournisseurs, confrontés à des hausses de coûts.

GDF Suez avait attaqué l'État la mi-octobre pour contester la légalité de l'arrêté ministériel. De leurs côtés, ses concurrents (Poweo, Direct Énergie, Altergaz, Gaz de Paris) regroupés au sein de l'association Anode avaient également saisi la plus haute juridiction administrative, dans une procédure de référé. C'est dans cette procédure «expresse» que les juges se sont prononcés lundi, en citant «un doute sérieux sur la légalité de l'arrêté contesté».

«Un gel durable des tarifs réglementés de GDF Suez est de nature à créer un phénomène de «ciseau tarifaire» selon lequel les coûts complets de ces opérateurs (concurrents, NDLR) seraient supérieurs aux tarifs réglementés de GDF Suez, affectant leurs marges et compromettant leur présence sur le marché de la distribution du gaz ainsi que l'objectif public d'ouverture de ce marché à la concurrence», estime le Conseil d'État dans un communiqué.

GDF Suez espère «trouver une solution» avec l'État

Dans ce dossier épineux, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) avait rendu début octobre un avis (consultatif) négatif sur la décision du gouvernement de geler les prix du gaz. Le gendarme du secteur estimait une majoration inévitable. «Les ministres concernés», en l'occurrence François Baroin (Économie) et Éric Besson (Industrie), «devront se prononcer dans un délai d'un mois», indique le Conseil d'État.

«Cela confirme notre analyse juridique», indique-t-on chez GDF Suez où l'on se félicite de cette décision attendue. «Nous allons travailler avec les services de l'État pour trouver une solution». GDF Suez avait proposé, en contrepartie d'une hausse de 5%, un gel pour les consommateurs en situation de précarité énergétique, qui représentent 10 à 20% de ses clients, selon les critères retenus.

Pour Poweo, seule la concurrence fera baisser les prix

De son côté, le directeur général adjoint de Poweo, Jean-Christophe Cheylus, se félicite que le Conseil d'État ait retenu la notion «d'urgence» qui pèse sur les fournisseurs alternatifs, confrontés à la hausse de leurs coûts d'approvisionnement. «Nous avons bien conscience de l'impact d'une hausse des tarifs pour le consommateur, poursuit-il, mais à terme, seule la concurrence pourra faire baisser les prix. Si on la tue dans l'œuf, elle ne sera pas efficace».

Les concurrents de GDF Suez ne détiennent que 5% du marché des particuliers. Le DG adjoint de Poweo dresse un parallèle avec l'endettement de la France et les inévitables mesures d'austérité: «repousser une hausse aujourd'hui, c'est devoir faire un effort encore plus important demain».


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.