Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Faut-il supprimer les dates de péremption ?

Le Figaro26/04/2011 à 10:46
Pour enrayer la progression du gaspillage alimentaire, le gouvernement britannique souhaite retirer la date de péremption de certains produits. Une proposition qui fait aussi réfléchir en France.

Le Royaume-Uni envisage de supprimer la date de péremption qui figure sur les emballages de certains produits alimentaires comme les pâtes, les céréales, le pain. Une mesure radicale, inspirée par une étude réalisée en 2008 et dont les résultats sont choquants. Chaque année, un tiers des aliments achetés par les Britanniques finirait à la poubelle. L'étude évalue ainsi à sept millions de tonnes environ le poids des aliments gaspillés. Et selon les experts 60% des ces aliments (4,1 millions de tonnes) auraient pu être consommés si les ménages avaient mieux géré le contenu de leurs réfrigérateurs et placards.

La question du gaspillage alimentaire n'est pas nouvelle. Plusieurs études prospectives, notamment celles d'Agrimonde, se sont intéressées aux problématiques liées à la gestion de la nourriture pour une population qui pourrait dépasser 9 milliards d'habitants en 2050, selon les scénario de la FAO. «Les chiffres de la FAO montrent que le gaspillage est une réalité dans les pays riches et qu'il est le fait de toutes les couches sociales», explique Lydie Ougier, responsable du service prévention des déchets à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). Selon l'organisme qui a réalisé une enquête sur le contenu des poubelles de cuisine des Français, nous jetterions chaque année et par personne, 7 kg d'aliments dont l'emballage n'a même pas été ouvert. Si l'on y ajoute les restes laissés dans les assiettes à la fin des repas, le poids d'aliments gaspillés atteint 20 kg par personne.

Homogénéiser

Pour Lydie Ougier, la réglementation concernant l'apposition des dates de consommation sur les emballages est en partie responsable de ce gâchis. Entre la DLC (date limite de consommation) qui est une limite impérative pour des raisons sanitaires, et la DLUO (date limite d'utilisation optimale) qui informe que l'aliment sans devenir impropre à la consommation commence à perdre ses qualités gustatives, la confusion est fréquente. D'autant plus que pour cette dernière, les inscriptions ne sont pas uniformisées. On peut ainsi trouver DLUO, ou à consommer de préférence, ou encore best before. Au final, les consommateurs appliquent le principe de précaution et préfèrent jeter que de risquer l'intoxication. Sans se prononcer comme les Britanniques pour la suppression de la DLUO sur certains produits, la responsable du service prévention des déchets de l'Ademe estime qu'il est intelligent de se poser la question, et plaide pour une homogénéisation de la terminologie.

Pour l'Association nationale des industries alimentaires (Ania), il est important de maintenir ces deux inscriptions. L'association précise d'ailleurs que la réglementation européenne interdit la commercialisation des produits en l'absence d'une DLC ou d'une DLUO. «Supprimer la DLC est tout simplement impensable car il y a de vrais risques pour la sécurité alimentaire et la santé », affirme Jean-René Buisson, président de l'Ania. Selon lui, si l'on peut continuer à manger certains produits comme les yaourts quelques jours après la date inscrite, il est impératif qu'il n'y ait pas eu de rupture dans la chaîne du froid.

Quant à supprimer totalement la DLUO, cela ne lui parait pas être une bonne idée dans le sens où cette mention a une utilité pour informer le consommateur sur les qualités du produit. Il admet cependant que si la sécurité alimentaire doit rester prioritaire par rapport à la question du gaspillage, cette dernière pourrait justifier que «l'on revoit régulièrement les normes».

LIRE AUSSI :

» L'étude de l'ADEME :

» Etude Royaume- Uni

» Chine/scandale alimentaire: arrestations

» Comment éviter les toxi-infections alimentaires ?

» Évitez le gaspillage alimentaire

» reduisons-nos-dechets.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.