Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Exotiques ou raffinées, les chips s'embourgeoisent

RelaxNews22/10/2014 à 17:09

dionisvera/shutterstock.com

(AFP) - Aromatisées à la truffe, faites à partir d'algues, de noix de coco saveur wasabi ou de kaki, les chips s'embourgeoisent et osent même l'argument "zéro gras". Une vraie tendance ou des gadgets sans lendemain ?

Au Mondial de l'alimentation (Sial), qui se tient jusqu'à jeudi au nord de Paris, on trouve de tout.

Chez les Américains, l'entreprise Danielle Market propose des chips "garanties zéro matières grasses". Avec un produit phare: des chips de noix de coco nature, au goût barbecue ou wasabi.

"Le fruit est déshydraté et passé au four. Il n'est pas frit", explique une démonstratrice. Et il n'y a pas d'huile du tout ? "Si un petit peu sur les deux faces du fruit avant de le passer au four", reconnaît-elle.

Les Asiatiques aussi veulent jouer la carte du grignotage sain, dans un marché qui reste en croissance en Europe contrairement au reste des produits alimentaires.

- Apéro bière/algues -

Ainsi, les Thaïlandais de Greenday ont même décidé de garder des bouts de fruits ou légumes entiers avec fraise, brocoli, rondelles de banane ou morceaux de mangue qui croquent étonnement sous la dent.

Chez les Coréens, venus en force sur ce Sial, le kaki, fruit national est à l'honneur avec kaki séché, en chips ou en "tatin". Les Français pourraient l'adopter en mélangeant kaki et fromage, suggère une présentatrice.

La société sud-coréenne HoSan, comme bien d'autres dans ce pays, propose elle des chips d'algues. "Pour les Coréens, c'est plutôt un aliment traditionnel qu'on mange en complément du riz. Mais en Europe, nous le vendons comme un snack qu'on peut prendre avec une bière", explique Andy Lim, responsable export de l'entreprise.

Là encore, c'est l'argument santé qui prévaut. Car si certaines sont frites, souvent avec de l'huile de riz, d'autres sont juste séchées puis pressées et découpées en rectangle, avant d'être arrosées d'huile de sésame.

"En Asie, ils consomment beaucoup de chips de légumes, de haricots. C'est autre chose que les chips frites et pleines de graisse. Moi j'y crois. D'ailleurs on le voit avec le succès en France des chips anglaises Tyrrells" de panais, betterave ou patate douce, commente Xavier Terlet, expert en innovation alimentaire du cabinet XTC.

Bernard Boutboul, directeur général du cabinet Gira conseil, spécialisé dans les marchés de la restauration et du snacking, n'est lui en revanche pas du tout convaincu. "C'est comme si vous sortiez des hamburgers light, personne ne vous croirait", estime-t-il.

- La chips reste un produit de masse -

En France, deux entreprises misent elles plutôt sur la montée en gamme. La PME bretonne Bret's met l'accent sur les arômes naturels, avec une "liste d'ingrédients la plus transparente possible, sans rajout de glutamate de sodium (exhausteur de goût, ndlr) ou d'aspartame", explique son directeur marketing Olivier Sallé.

Douze personnes planchent à plein temps sur les nouveautés et passent en revue 300 arômes par an. Parmi les best-sellers, l'arôme chèvre-piment d'Espelette, avec du vrai piment. Elles sont vendues environ 10 euros le kilo, contre 5 à 7 euros pour des chips nature.

Sibell, petit fabricant d'Aubagne (Bouche-du-Rhône), va lui plus loin avec des chips saveur foie gras, saumon fumé crème d'aneth ou aux truffes, avec des prix dépassant les 20 euros le kilo.

"Ces produits sont de la recherche et développement mais ne peuvent pas devenir des produits de grande consommation comme le sont les chips classiques", commente Bernard Boutboul.

"La diversification autour de ce produit fonctionne, comme les chips à d'autres légumes que la pomme de terre. Mais dès qu'on commence à monter en gamme sur des produits de masse, ça ne marche pas", souligne-t-il.

Reste effectivement que les innovations alimentaires ont souvent une durée de vie éphémère, puisque la moitié d'entre elles ne resteront pas plus d'un an en rayon, rappelle Xavier Terlet.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.