Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Euro Millions : quand la vie bascule

Le Figaro12/05/2011 à 11:18
Pour le seul vendredi 13 de l'année, la Française des jeux propose une cagnotte exceptionnelle de 123 millions d'euros. Portrait des gagnants de l'Euro Millions.

Du jour au lendemain, ils sont devenus riches. Très riches. En gagnant à l'Euro Millions, ils ont empoché au moins dix millions d'euros. Et cette fortune a bouleversé leur existence. Ils ont changé de vie, de maison, de voiture, de conjoint parfois aussi, arrêté de travailler...

A la veille du tirage d'une cagnotte exceptionnelle de 123 millions d'euros mise en jeu par l'Euro Millions pour le seul vendredi 13 de l'année, la Française des Jeux s'est penchée sur le profil des gagnants d'un jeu qui a rapporté 75 millions d'euros au plus chanceux d'entre eux en France ! Elle revèle ses conclusions ce jeudi dans une étude réalisée à sa demande par la psycho-sociologue Ana Bauer. L'objectif était de mieux comprendre comment ces gagnants d'un jour vivent leur soudaine fortune. Ana Bauer en a rencontré une quinzaine, chez eux. «L'habitat reflète énormément ce qu'ils ont fait ou pas fait, explique-t-elle. La maison dit beaucoup sur la façon dont les gens s'approprient le matériel». Evidemment, aucun n'était préparé à gagner tant d'argent, même si c'était leur rêve.

D'une manière générale, la première réaction à l'annonce du gain est toujours la même:«une sidération», qui dure quelques jours, suivie d'une phase de «déni, avec un besoin absolu de se raccrocher à ce qui existait avant». Puis viennent les questions, les angoisses et les insomnies jusqu'à ce que le chèque arrive à la banque... et alors cette interrogation: que faire de tout cet argent ?«On constate qu'il faut trois ans pour s'approprier le gain, assure Birgitte Roth, responsable du service relation gagnants à la Française des jeux, qui s'occupe d'une centaine d'entre eux chaque année. C'est le délai moyen de gestion du changement».

Six profils types de gagnants

Les nouveaux choix de vie semblent intimement lié à l'existence que menaient les gagnants, soucieux de ne pas perdre leurs racines.«Ils font écho aux différentes valeurs et conception de l'usage de l'argent», explique Ana Bauer, même si d'une manière générale tous ont tendance à commencer par arrêter de travailler, déménager et changer voiture, et ils font profiter leurs proches de leur nouvelle richesse.

Ses quinze entretiens ont conduit Ana Bauer à identifier six «profils types» de gagnants.

Les «fidèles aux racines», très attachés à leur vie d'avant, ont une «attitude très sécuritaire» vis-à-vis de l'argent, et leurs dépenses se focalisent sur la maison (piscine), la voiture et l'amélioration des vacances.

Les «aspirants hédonistes» viennent du même milieu souvent populaire et gardent une «attitude sécuritaire», mais ils revendiquent le droit au plaisir et «se lâchent un peu plus» sur les dépenses (grands hôtels, grands restaurants, bons vins, etc.). Ils ne rêvent pas forcément de Ferrari, mais ce qui brille les attire.

Les «hédonistes» n'ont aucune retenue ni culpabilité avec l'argent, qu'ils dépensent pour «s'offrir tous les plaisirs». «Je ne regarde plus les prix, je ne me pose plus de questions, si c'est ce que je veux, je prends», témoigne une gagnante qui a empoché 59,4 millions d'euros en 2010.

Les «gourmets», d'origine souvent modeste mais qui ont eu des opportunités d'études et de métiers épanouissants, profitent de leur gain pour «optimiser leur qualité de vie», préfèrant le raffinement à la consommation tous azimuts. Ils invitent leurs amis en vacances, ont envie de rester eux-mêmes.

Les «explorateurs», exclusivement des cadres, se concentrent davantage sur les biens immatériels (voyages, sorties...).

Les «entrepreneurs», souvent d'origine modeste, veulent «devenir quelqu'un et avoir une place dans la société».

Mais reste cette question de fond : l'argent rend-il heureux? «Tous nous disent qu'ils étaient déjà heureux avant. Mais ils découvrent de nouveaux espaces de bonheurs et de libertés», se contente de dire Ana Bauer. De conclure: «L'idée pour eux est que la vie était construite avant».

LIRE AUSSI :

» l'Euro Millions nouvelle version vise les trentenaires

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.