Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Éteindre les enseignes lumineuses pour économiser l'énergie

Le Figaro16/12/2011 à 16:37
Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, a présenté vendredi une série de 27 mesures pour accélérer les économies d'énergie.

Dans le catalogue présenté vendredi matin par Nathalie Kosciusko-Morizet, c'est la mesure la plus simple et la plus symbolique. À compter du 1er juillet 2012, un décret obligera les commerces à éteindre leurs enseignes lumineuses entre 1 heure et 6 heures du matin. Outre la disparition de cette «pollution lumineuse» qui ressemble «à un sapin de Noël moche», dixit la ministre de l'Écologie, cette mesure «gratuite» pour l'État générera des économies d'électricité équivalentes à la consommation de 260.000 foyers.

Dans le cadre du Grenelle de l'environnement, l'objectif du gouvernement est de réduire les consommations d'énergie de 17% d'ici à 2020. Les mesures additionnelles doivent permettre de porter ce pourcentage à 21,4%, a indiqué Nathalie Kosciusko-Morizet. Si l'objectif est atteint, le gain réalisé équivaudra à la consommation annuelle de 16 millions d'habitants.

Prêts à taux zéro étendus aux syndicats de copropriété

Parmi les mesures, issues d'une large concertation lancée fin mai, le gouvernement n'a pas retenu l'idée d'un bonus-malus sur les appareils électroménagers, non pas parce qu'elle aurait été coûteuse, a assuré la ministre mais parce qu'elle aurait plutôt favorisé les ménages capables de s'acheter les appareils performants au détriment des ménages modestes.

Les ménages en précarité énergétique (qui consacrent plus de 10% de leurs revenus à leur facture énergétique) sont la cible d'une des dispositions qui recueille 85 millions d'euros supplémentaires. Dans le cadre du programme «habiter mieux» (doté de 1,1 milliard d'euros pour 2010-2017), ces foyers pourront recevoir une prime de 1600 euros (contre 1100 euros auparavant) pour financer des travaux d'économie d'énergie.

Autre mesure qui touchera le grand public dès le début de l'année prochaine: les prêts à taux zéro (éco-PTZ) seront étendus aux syndicats de copropriété.

Rénover l'éclairage public

Pour les petites entreprises de moins de 50 salariés, 100 millions d'euros de prêts seront déployés, distribués par les directions régionales d'Oséo. Jusqu'à présent le plancher de ces prêts, de 50.000 euros, excluait les artisans et les TPE. Exemple cité par Nathalie Kosciusko-Morizet: un boulanger pourra recourir à ces prêts pour s'acheter un nouveau four à pain, un équipement qui représente en général plus de la moitié de sa facture énergétique.

Côté collectivités locales, l'Ademe consacrera une subvention de 20 millions d'euros pour aider les 31.900 communes de moins de 2000 habitants à rénover leur éclairage public, très souvent plus du tout aux normes», selon la ministre. Économies visées: 25% de puissance électrique en moyenne par commune sur ce poste de l'éclairage.

Prolongement du Grenelle de l'environnement, la concertation sur les économies d'énergie avait été lancée au printemps après la catastrophe nucléaire de Fukushima et sur fond de hausse du prix du pétrole, qui ont conduit, explique le ministère, «tous les pays à engager une réflexion sur leur modèle énergétique».

LIRE AUSSI:

» Le scénario pronucléaire du Parlement

» Des illuminations de Noël plus économiques dans les villes

» Énergie: partenariat entre EDF et General Electric

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.