Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Et maintenant l'UE va réglementer... la cuisson des frites

Le Figaro22/07/2017 à 08:00

Les États membres de l'Union Européenne ont approuvé un texte réglementant la cuisson des aliments pouvant libérer de l'acrylamide. La Belgique inquiète pour l'avenir de sa tradition de la frite a fini par approuver le texte.

Les vingt-huit États membres de l'Union Européenne ont voté mercredi une proposition de la Commission Européenne pour réduire la production d'une molécule appelée acrylamide. Cette molécule, soupçonnée en 2015 d'être cancérogène par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), se libère naturellement lorsque des aliments à base de pomme de terre, de céréales, de chocolat, ou encore de café sont chauffés à plus de 120 degrés. Et il est par ailleurs recommandé de ne pas chauffer les aliments concernés à plus de 170 degrés.

» Alimentation: trop cuire peut nuire

Cette fois, la réglementation européenne votée - qui devrait entrer en vigueur au printemps 2018- va viser les professionnels tels que les producteurs alimentaires, les fast-foods, ou encore les restaurants. La frite est l'un des aliments qui risque le plus d'être concerné par ce futur règlement. L'objectif est que les producteurs prennent des «mesures obligatoires» pour réduire la présence d'acrylamide dans les aliments, indique la Commission dans un communiqué. Des teneurs maximales de la fameuse molécule seront fixées en fonction de chaque aliment. Les mesures seront appliquées de façon «proportionnée à la taille et à la nature de leur établissement», ajoute-t-elle. «Le nouveau règlement permettra non seulement de réduire la présence de cette substance cancérogène, mais contribuera à sensibiliser l'opinion publique à la manière d'éviter l'exposition à ladite substance, qui est souvent liée à la cuisine domestique», a déclaré Vytenis Andriukaitis, le commissaire pour la santé et la sécurité alimentaire.

«La frite belge est sauvée!»

Cependant, la Belgique craignait que cette mesure ne remette en cause la recette traditionnelle des frites dans le pays. En juin dernier, Ben Weyts, le ministre flamand du Tourisme s'était fermement opposé à un tel règlement: «L'Europe menace notre culture de la frite». Mais entre-temps, les choses ont bougé. La Commission a accepté de revoir le texte en n'obligeant pas les friteries belges à revoir leurs méthodes de cuisson. «Nous avons veillé à nous assurer que les recommandations proposées soient applicables pour les petits opérateurs et respectent nos traditions et recettes nationales. (...) C'est pourquoi nous avons soutenu le texte», a déclaré après le vote Willy Borsus, le ministre belge de l'Agriculture. Il s'est également félicité sur Twitter de l'adoption du texte: «La frite belge est sauvée! L'Europe a entendu la Belgique!»

» La Belgique enfin unie... pour défendre la frite

Le texte va prochainement être transmis au Conseil et au Parlement européen pour être examiné dans un délai de trois mois. La mesure devrait en principe entrer en vigueur au printemps 2018 si l'on en croît le délai donné par la Commission Européenne.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.