Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Epargne retraite : de nouvelles possibilités pour les indépendants

Le Figaro15/03/2012 à 20:11
Les contrats Madelin destinés aux non-salariés s'enrichissent de multiples options. Et ils réussissent à séduire les souscripteurs par leur flexibilité et leur possibilité de personnalisation.

Les travailleurs non salariés savent, eux, comment préparer leur retraite... «Environ 60 à 70% d'entre eux ont souscrit un contrat Madelin», souligne Olivier Theetten, directeur marketing des marchés du particulier et des professionnels d'AG2R La Mondiale. Les sommes versées sur ces contrats d'épargne retraite sont déductibles du revenu professionnel, dans certaines limites. Elles fructifient pour être transformées en rente viagère à l'heure de la retraite. L'avantage fiscal ressemble donc à celui du Perp, le plan d'épargne retraite populaire, accessible, lui, à tous les Français (salariés...). Mais le Madelin a rencontré (après des débuts difficiles) un succès auprès des souscripteurs que le Perp attend toujours.

Sécuriser ses gains, doser ses risques

Loin de délaisser leurs contrats Madelin, les assureurs les peaufinent donc au contraire soigneusement. Souvent multisupports (avec un fonds en euros et des sicav et FCP), ces produits offrent de plus en plus souvent des options de gestion inspirées de celles des contrats d'assurance-vie: sécurisation des plus-values (elles sont automatiquement transférées vers le fonds en euros si le souscripteur opte pour ce service) ou dynamisation des intérêts (le rendement du fonds en euros est réinvesti sur une sicav) par exemple. Mais surtout, puisque les jeunes retraités sont confrontés à des situations très variées, les compagnies d'assurances s'efforcent de mieux personnaliser leurs rentes viagères. Elles sont de plus en plus nombreuses, comme Médicis ou AG2R La Mondiale, par exemple, à proposer aux clients qui le souhaitent une rente majorée les 5 ou 10 premières années, s'ils ont envie de profiter d'un début de retraite active (voyages...). Elle sera en contrepartie diminuée ensuite.A contrario, les souscripteurs peuvent aussi préférer une rente progressive, minorée au départ et plus généreuse par la suite. Une solution pratique si, les premières années de retraite, les ressources du foyer sont suffisantes (par exemple parce que le conjoint est encore en poste), et que les problèmes financiers risquent de se poser ensuite. Ou encore parce que l'on cesse de travailler progressivement. «Ces options ont permis d'adapter les contrats Madelin à la nouvelle donne, après la réforme des retraites», ajoute Olivier Theetten. La protection familiale est aussi au centre des préoccupations. AG2R La Mondiale, par exemple, propose une rente de réversion majorée pour les épargnants qui craignent, à leur décès, de laisser leur conjoint trop démuni. Ce n'est plus seulement 60 ou 100% de la rente du souscripteur qui lui seront attribués, mais 150 ou 200%. En contrepartie, bien sûr, la rente versée au souscripteur lui-même au départ est moins importante qu'avec une réversion classique.

Se protéger aussi contre la dépendance

Mais surtout, les contrats Madelin sont en avance sur une question qui soucie de plus en plus les retraités: la dépendance. Certains assureurs proposent, au moment de la retraite, d'opter pour une rente viagère plus faible mais qui sera par exemple doublée en cas de dépendance. La formule fonctionne toutefois souvent seulement en situation de dépendance totale, et non partielle. Mais il existe d'autres formules. Médicis a par exemple lancé une garantie dépendance en points que l'on peut souscrire dès 55 ans, mais aussi une fois que l'on a pris sa retraite (jusqu'à 75 ans maximum). «Le souscripteur cotise pour bénéficier, le cas échéant, d'une rente supplémentaire en cas de dépendance. Le montant de la rente peut être significatif: par exemple, une personne qui a cotisé de 65 à 85 ans pourra recevoir, si elle devient dépendante, 3000 euros par mois, en plus de sa retraite Madelin, pour une cotisation mensuelle n'excédant pas les 200 euros», explique Michel Clerc, directeur général de Médicis. Seul bémol: un questionnaire médical est demandé à la souscription.

LIRE AUSSI:

» Bien choisir un conseiller en gestion de patrimoine

» Des contrats innovants pour préparer sa retraite

SERVICE:

» Les meilleurs placements retraite avec C PLUS SUR

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.