Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Épargne: les demandes de médiation s'envolent

Le Figaro14/04/2016 à 13:13

Les demandes de règlement à l'amiable de litiges entre établissements financiers et particuliers ont bondi de 40% en 2015. L'essentiel des plaintes reçues par le médiateur du gendarme de la Bourse concernaient le Forex et l'épargne salariale.

Les épargnants se tournent de plus en plus vers le médiateur de l'Autorité des marchés financiers (AMF) pour régler à l'amiable, des litiges avec des établissements financiers. En 2015, les demandes de médiation ont bondi de 40 % (1.406), constate Marielle Cohen-Branche, médiateur de l'AMF. En quatre ans, elles ont quasiment doublé. L'an dernier, dans la majorité des cas (62%), les épargnants ont obtenu gain de cause.

Comme c'était déjà le cas en 2013 et 2014, les motifs de mécontentement ont surtout concerné les sites liés au Forex, un de plus grands marchés mondiaux, où s'échangent les monnaies et l'épargne salariale. En un an, les demandes d'aides provenant d'épargnants floués par des sites de trading en ligne réglementés ont explosé de 62%. «L'AMF n'est compétente qu'en cas de litige avec une société disposant d'un agrément d'un État membre de l'Union européenne», rappelle le rapport du médiateur du gendarme de la Bourse. Les particuliers spoliés par des sites illégaux doivent eux, saisir la justice. Ces sites sont à l'origine de 4 milliards d'euros de pertes en 6 ans.

»» À lire aussi: Trading en ligne: comment repérer et éviter les sites escrocs?

L'an dernier, «environ 85% des demandes de médiation recevables concernaient des sociétés basées à Chypre», précise le rapport. Autre point marquant: «ce ne sont plus seulement les personnes les plus vulnérables économiquement sur lesquelles ce piège se referme. Il touche désormais toutes les catégories socio-professionnelles d'épargnants». Grâce à l'intervention du médiateur, les épargnants ont récupéré au total en 2015, 379.209 euros au total (entre 200 et 52.700 euros selon les victimes), soit 86% des sommes perdues.

Bond de 129% des demandes de médiation concernant l'épargne salariale

Des nombreux salariés (près de 11 millions) disposant d'épargne salariale sont également de plus en plus nombreux à saisir le médiateur (hausse de 129% des dossiers reçus en 2015). Principalement (35% des cas) parce qu'ils ont eu des difficultés pour récupérer leur épargne par déblocage anticipé. Car, faute d'information suffisante, bien souvent ils ne font pas la différence entre le Plan d'épargne pour la retraite collectif (Perco), alimenté par l'intéressement, la participation, voire l'abondement de l'employeur et bloqué jusqu'à la retraite, et le Plan d'épargne entreprise (PEE), plus souple car l'épargne est bloquée pendant cinq ans au minimum. Les frais de tenue de compte dus par le salarié après son départ de l'entreprise ont aussi continué à être source de litiges. Mais, ce problème est en passe d'être résolu. «Nos recommandations afin de clarifier l'information du salarié notamment en matière de frais et l'affectation de jours de congé ont été reprises dans la loi Macron», précise Marielle Cohen-Branche.

Apparition de frais de tenue de compte-titres inactifs

Dans une bien moindre mesure, les plaintes des épargnants ont souvent porté sur le PEA (problème transfert d'une banque à l'autre, inégibilité de certains titres...) et les comptes-titres. Parmi les problèmes rencontrés, «de nombreux épargnants se sont plaints de la mise en place dans une banque de nouveaux frais de tenue de compte-titres inactifs, sans en avoir été informés. Ils étaient appliqués lorsqu'une action ou OPCVM n'avait été acheté pendant l'année», explique le médiateur de l'AMF.

Une directive européenne, transposée en France en juillet 2015, prévoit que tous les secteurs marchands, y compris les petits commerçants et les artisans, doivent avoir un médiateur pour régler les litiges commerciaux. Cependant certains professionnels ayant pris du retard, devraient prêts avant l'été. Il existe aussi des médiateurs publics, dont l'AMF, agréé pour régler les litiges financiers.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.