Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

En France, les logements ne sont pas adaptés aux personnes âgées

Le Figaro11/12/2013 à 17:24
Seulement 6% du parc immobilier prend en compte les contraintes des plus de 65 ans, selon un rapport remis ce mercredi aux ministres du Logement et des personnes âgées. Logement : les prix devraient résister, mais les investisseurs désertent

La France est en retard sur ses voisins européens en matière d'adaptation des logements au vieillissement, avec seulement 6% du parc adapté aux plus de 65 ans, selon un rapport remis ce mercredi aux ministres Cécile Duflot (logement) et Michèle Delaunay (personnes âgées). Ce taux est inférieur à la moyenne européenne et place la France loin derrière l'Allemagne (près de 8%), le Danemark (12%) ou les Pays-Bas (16%). Et pourtant, une personne âgée sur deux en France n'a pas d'enfant vivant à proximité, susceptible de l'aider.

Le gouvernement, qui prépare une loi sur l'autonomie des personnes âgées, avait chargé Isabelle Rougier (Agence nationale de l'habitat, Anah) et Pierre Mayeur (Caisse nationale d'assurance vieillesse, Cnav) de lui faire des propositions pour améliorer la situation. Ces deux organismes financent des aides pour l'adaptation de l'habitat. Les auteurs du rapport proposent de sensibiliser les personnes âgées, les aidants et les professionnels à l'importance de réaliser des travaux d'adaptation des logements.

Ils rappellent que les personnes de plus de 65 ans habitant des logements peu ou pas adaptés s'exposent notamment à des chutes (62% des 450.000 chutes enregistrées chaque année surviennent à domicile), susceptibles de déclencher une perte d'autonomie. La stratégie d'information «devra prendre en compte la part de déni du vieillissement» chez les retraités, «qui explique en partie le faible recours aux aides», soulignent-ils. Ils proposent de réaliser un guide afin de rendre plus lisible la marche à suivre, de la demande d'aide à la réalisation des travaux.

Sanctuariser un budget pour les aides à l'habitat

Ils attribuent également le faible nombre de demandes d'aide au «manque de lisibilité des dispositifs» et font plusieurs propositions destinées à simplifier les circuits de financement et de réalisation des travaux, et à coordonner les différents acteurs. Ils suggèrent notamment la création d'un «dossier unifié de demande d'aide», valable pour l'Anah et le réseau de l'assurance retraite. Ils souhaitent par ailleurs que cette problématique soit intégrée de manière «plus systématique» dans les programmes au niveaux départemental et local, et qu'au niveau national soit «sanctuarisé» un budget pour les aides à l'habitat.

Le président François Hollande s'est engagé à ce que 80.000 logements soient adaptés aux contraintes du grand âge d'ici la fin du quinquennat. Au total, l'Anah évalue à deux millions le nombre de logements nécessitant une adaptation. Les personnes âgées de 60 ans et plus seront 20 millions en 2030 et 24 millions en 2060, comparé à 15 millions aujourd'hui, selon les projections de l'Insee. Le nombre de plus de 85 ans pourrait quadrupler d'ici 2050, à 4,8 millions.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.